BFM Business

Le patron de la zone euro se félicite des progrès entre la Grèce et ses créanciers

Jeroen Dijsselbloem (à gauche) apprécie les efforts de la Grèce.

Jeroen Dijsselbloem (à gauche) apprécie les efforts de la Grèce. - Emmanuel Dunand - AFP

La Grèce et ses créanciers sont parvenus à un accord "sur beaucoup de questions".

Jeroen Dijsselbloem est content. Le patron de la zone euro s'est félicité dimanche des "bons progrès" entre la Grèce et ses créanciers, précisant qu'ils étaient parvenus à un accord sur "beaucoup de questions". Jeroen. Dijsselbloem a également annoncé une réunion des directeurs du Trésor de la zone euro ("Euro Working Group" - EWG) mardi prochain. La zone euro espère aboutir à un compromis sur le déboursement de 2 milliards d'euros promis à la Grèce en échange de réformes ainsi que sur le renflouement crucial des principales banques du pays.

Cette somme aurait déjà dû être versée en octobre, avant un autre versement prévu avant la fin de l'année d'un milliard d'euros sur les 86 milliards du plan d'aide décidé au cours de l'été en l'échange de réformes économiques en Grèce. Lundi dernier, les ministres des Finances de la zone euro, réunis à Bruxelles, avaient dit espérer au plus tard "en début de semaine prochaine" un compromis sur le déboursement de deux milliards d'euros.

Les saisies immobilières

Le principal point d'achoppement de ces négociations portait sur les saisies immobilières, un sujet politiquement difficile pour la coalition gouvernementale d'Alexis Tsipras, dominée par le parti de gauche radicale Syriza. Les créanciers réclament des mesures pour faciliter les saisies immobilières, mais Athènes veut maintenir certaines dispositions permettant de protéger la majorité des ménages endettés.

Le gouvernement de gauche radicale du Premier ministre grec Alexis Tsipras a essuyé jeudi sa première grève générale, qui a été émaillée de quelques incidents et avait reçu le soutien de son propre parti, Syriza, opposé à de nouvelles mesures d'austérité.

D. L. avec AFP