BFM Business

Le nouveau patron de FO appelle les autres syndicats à une "unité d'action"  

Pascal Pavageau va contacter les patrons des autres syndicats pour envisager une action plus large.

Pascal Pavageau, le secrétaire général de Force ouvrière, prévoit de "contacter dès demain" les numéros un de la CGT, CFDT, CFTC et CFE-CGC afin de discuter d'une éventuelle "unité d'action", a-t-il annoncé mardi lors d'une conférence de presse.

"Le dialogue n'a jamais été rompu entre les confédérations. Je souhaite qu'il soit encore plus fort", a-t-il déclaré. Le "contexte" incite au dialogue, selon lui, à un moment où "des fondements même de nos droits sociaux, voire même de valeurs républicaines, sont attaqués ou menacés par un gouvernement qui vise à déprotéger les gens, en cassant le droit collectif". 

M. Pavageau, à la tête de FO depuis vendredi, dit avoir reçu le mandat de son syndicat pour "appeler les numéros un des quatre autres confédérations", notamment "pour voir si nous avons des points communs dans l'analyse et le diagnostic (de la situation dans le pays, NDLR) et envisager une perspective interprofessionnelle dans l'unité d'action la plus large".

"Unité d'action" plutôt que "convergence des luttes"

Il ne s'approprie pas le terme de "convergence de luttes", portée par la CGT et Solidaires, préférant celui "d'unité d'action". La convergence des luttes, "ce n'est pas un gros mot, ça fait partie de l'héritage syndical", mais il "est daté et parfois instrumentalisé sur un plan politique et politicien", a argumenté le syndicaliste.

A propos de l'absence d'unité syndicale lors de ce 1er Mai, M. Pavageau a expliqué que ce n'était "pas une journée" où les organisations syndicales étaient "censées se rassembler".

Plus généralement, il "espère" qu'une fois passés le congrès de la CFDT en juin et l'élection à la présidence du Medef, les huit organisations syndicales et patronales "arriveront à reprendre la table des négociations interprofessionnelles dès le mois de septembre". Parmi les thèmes de négociations, M. Pavageau a évoqué le télétravail et donneurs d'ordres/sous-traitants.

"Nous n'avons pas à attendre que ce soit le gouvernement qui nous dise ce que nous devons négocier. Nous avons cette liberté, à nous de la retrouver", a insisté M. Pavageau.

L'ex-numéro un, Jean-Claude Mailly, devrait occuper un mandat FO au sein du Comité économique et social européen (Cese) à partir "du 1er août", a ajouté M. Pavageau.