BFM Business

Le Maire prône la convergence de l'impôt sur les sociétés entre la France et l'Allemagne

Invité de BFMTV et RMC ce mardi, le ministre de l'Économie a rappelé la nécessité d'harmoniser la fiscalité entre la France et l'Allemagne sur l'impôt sur les sociétés et sur la taxation des GAFA.

"Nous sommes à l'heure de vérité". Alors que doit se tenir un conseil franco-allemand sur la zone euro ce mardi, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a détaillé les quatre points "non négociables" qui doivent figurer dans l'accord entre les deux pays, parmi lesquels une "convergence de l'impôt sur les sociétés":

"On en parle depuis près de dix ans de cette convergence de l'impôt sur les sociétés. Si demain vous avez le même impôt sur les sociétés en France et en Allemagne, cela permettra un développement économique et des emplois dans les deux pays", a assuré le locataire de Bercy sur BFMTV et RMC, ajoutant consacrer ses "jours et ses nuits" à la mise en oeuvre de cette mesure.

Taxation des GAFA et budget d'investissement

À l'issue de ce conseil qui n'est pas "habituel", Bruno Le Maire espère également voir figurer trois autres points dans la feuille de route franco-allemande.

À commencer par un "budget d'investissement de la zone euro" pour financer les innovations et les nouvelles technologies, "un filet de sécurité pour les banques qui soit plus important que ce qui existe aujourd'hui". "C'est ce qui permet de garantir que nos banques, en cas de crise économique comme en 2008, résisteront et que nos économies se seront plus menacées", a-t-il poursuivi.

Enfin, Bruno Le Maire a rappelé sa volonté de mettre en place une taxation des géants du numériques. "C'est une question de justice et d'efficacité", a-t-il affirmé.

Les négociations avec son homologue allemand désormais achevées, Bruno Le Maire a mis en garde en cas d'échec des discussions: "Soit Emmanuel Macron et Angela Merkel trouvent un accord sur ces quatre points et ils auront accompli un pas considérable dans le renforcement de la zone euro et la stabilité économique, soit nous ne sommes pas capables de trouver un accord en bonne et due forme et nous entrerons dans une zone de turbulences de la zone euro".
P.L