BFM Business

Le gouvernement nomme un délégué aux restructurations d'entreprises

Jean-Pierre Floris (à gauche), ex-PDG de Verallia, a été nommé délégué interministériel aux restructurations d'entreprises. En mai dernier, il recevait Emmanuel Macron pour une visite de l'usine Verallia d'Albi

Jean-Pierre Floris (à gauche), ex-PDG de Verallia, a été nommé délégué interministériel aux restructurations d'entreprises. En mai dernier, il recevait Emmanuel Macron pour une visite de l'usine Verallia d'Albi - Eric Fefferberg - POOL/AFP

Le gouvernement annonce la nomination de Jean-Pierre Floris comme délégué interministériel aux restructurations d’entreprises et le renforcement de l’action de l’État pour accompagner les entreprises en difficulté.

Jean-Pierre Floris, ex-PDG de Verallia, a été nommé vendredi délégué interministériel aux restructurations d'entreprises. Dans un communiqué, le ministère de l'Économie précise que "Jean-Pierre Floris aura pour mission d’animer, de coordonner et d’optimiser l’accompagnement par l’État des restructurations d’entreprises".

"C'est un homme qui vient de l'entreprise, d'un groupe, Saint-Gobain, dont on connaît la compétence dans le champs industriel, et ayant une forte tradition de dialogue social", a expliqué Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement lors du compte-rendu du Conseil des ministres. "Il sera un interlocuteur d'immense qualité pour les entreprises industrielles qui auront à connaître des restructurations", a ajouté le porte-parole.

Jean-Pierre Floris est ingénieur de l'École des Mines de Paris (1970), titulaire d'une maîtrise de mathématiques de l'université de Paris et Master en Economic Systems Planning de l'Université de Stanford (1971).

Il a dirigé jusqu'en septembre Verallia, ancienne filiale emballage de Saint-Gobain, où il a effectué une grande partie de sa carrière.

Le délégué interministériel devrait être chargé de "prévenir les risques de fermetures de sites et accompagner les industries et préparer l'avenir industriel de la France", avait expliqué le ministre de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, le 4 octobre à l'Assemblée nationale.

P.S. avec AFP