BFM Business

Le gouvernement maintient le cap économique et social

Le gouvernement ne change pas de cap en matière économique et sociale et ses priorités restent la croissance, l'emploi et la réduction des déficits, indique le Premier ministre François Fillon. /Photo d'archives/REUTERS/Gonzalo Fuentes

Le gouvernement ne change pas de cap en matière économique et sociale et ses priorités restent la croissance, l'emploi et la réduction des déficits, indique le Premier ministre François Fillon. /Photo d'archives/REUTERS/Gonzalo Fuentes - -

PARIS - Le gouvernement ne change pas de cap en matière économique et sociale et ses priorités restent la croissance, l'emploi et la réduction des...

PARIS (Reuters) - Le gouvernement ne change pas de cap en matière économique et sociale et ses priorités restent la croissance, l'emploi et la réduction des déficits, déclare le Premier ministre François Fillon.

Après la victoire de la gauche aux élections régionales, le Parti socialiste demande une autre politique économique et sociale et l'organisation d'un débat au Parlement.

"Le vote de dimanche n'a rien changé aux défis que doit relever la France", a dit François Fillon lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.

Le chef du gouvernement a cité "le problème de compétitivité", "la question de l'endettement, si cruciale dans un contexte de crise financière en Europe" et "la nécessité de protéger notre modèle social".

"Nous allons amplifier nos efforts pour relever ces défis, nous allons amplifier nos efforts pour protéger les Français", a-t-il déclaré.

La première priorité est "la croissance et l'emploi", a dit François Fillon, souhaitant un ajustement des dispositifs de lutte contre le chômage et la mise en oeuvre rapide des investissements d'avenir liés au "grand emprunt".

"Notre deuxième priorité, c'est la réduction des déficits", a-t-il ajouté. "C'est une priorité absolue."

"Ça signifie que nous allons poursuivre la tenue des dépenses de l'Etat, la Révision générale des politiques publiques et que nous continuerons à ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux partant à la retraite", a-t-il poursuivi.

Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse