BFM Business

Le FMI attend 1,4% de croissance en France en 2010, 1,6% en 2011

Le Fonds monétaire international a une prévision de croissance pour la France qui rejoint celle du gouvernement cette année mais est plus prudent pour la suite, et ne voit pas le déficit public revenir sous les 3% du PIB avant 2015. /Photo d'archives/REUT

Le Fonds monétaire international a une prévision de croissance pour la France qui rejoint celle du gouvernement cette année mais est plus prudent pour la suite, et ne voit pas le déficit public revenir sous les 3% du PIB avant 2015. /Photo d'archives/REUT - -

PARIS (Reuters) - Le Fonds monétaire international a une prévision de croissance pour la France qui rejoint celle du gouvernement cette année mais...

PARIS (Reuters) - Le Fonds monétaire international a une prévision de croissance pour la France qui rejoint celle du gouvernement cette année mais est plus prudent pour la suite, et ne voit pas le déficit public revenir sous les 3% du PIB avant 2015.

Dans son rapport annuel sur la France publié vendredi, le FMI se félicite de "l'ambitieux programme de réforme" mis en oeuvre par les autorités, salue la "grande réforme" des retraites et note que les banques françaises sont solides.

Mais il souligne des risques pour la croissance future, même si la France a mieux résisté que ses voisins à la récession, et recommande de donner la priorité à un "rééquilibrage sensible et crédible" des finances publiques.

Après une contraction de 2,5% en 2009, le FMI voit le produit intérieur brut de la France progresser de 1,4% cette année, soit la même prévision que le gouvernement, puis de 1,6% en 2011, 1,8% en 2012 et 2,0% en 2013.

Le déficit public passerait dans le même temps de 7,5% du PIB en 2009 à 8,0% en 2010, avant de décroître à 6,1% en 2011, 4,8% en 2012 et 3,9% en 2013. Ce n'est qu'en 2015 qu'il reviendrait sous la barre des 3%, limite fixée par le traité de Maastricht.

Le programme de stabilité de la France prévoit d'atteindre l'objectif de 3% de déficit dès 2013, sous réserve d'une croissance de 2,5% à partir de l'année prochaine.

"Pour rendre l'effort d'assainissement plus crédible, il importe de fonder le cadre de programmation budgétaire sur des hypothèses macroéconomiques réalistes", écrit le FMI dans sa notice d'information.

Les administrateurs du Fonds demandent aussi que les autorités mettent en oeuvre avec énergie leur programme de réforme pour soutenir la reprise.

Véronique Tison, édité par Jean-Baptiste Vey