BFM Business

La hausse du prix du gazole "parfaitement assumée" par Edouard Philippe

"Il faut aussi pouvoir assumer les décisions qui parfois font mal", a expliqué ce matin le Premier ministre Edouard Philippe.

"Il faut aussi pouvoir assumer les décisions qui parfois font mal", a expliqué ce matin le Premier ministre Edouard Philippe. - REMY GABALDA / AFP

Chez nos confrères de France Inter ce jeudi, le Premier ministre a confirmé la hausse du prix du gazole. "Une décision qui fait mal, parfaitement assumée".

Comme sur les 80km/h, Edouard Philippe reste ferme sur le prix du carburant. Sur France Inter ce jeudi, le Premier ministre a montré sa détermination à ramener, via une hausse des taxes, le prix du gazole au niveau de celui de l’essence, dans le cadre de la transition énergétique.

"Ce ne sont pas des grandes décisions spectaculaires. C’est sûr que quand vous subissez la hausse du prix du gazole, vous vous dites ‘Et mon pouvoir d’achat?’. Mais c’est parfaitement assumé, a expliqué Edouard Philippe. Et la transition écologique, qui est un vrai sujet de transformation de nos sociétés, c’est ça aussi, mais il faut pouvoir l’expliquer. Il faut aussi pouvoir assumer les décisions qui parfois font mal".

D’autant plus mal que la hausse des taxes se conjugue depuis plusieurs semaines avec une forte hausse du prix du pétrole brut. Au plus haut depuis plusieurs semaines, le prix du gazole continuera donc d’augmenter dans les mois à venir.

"Augmenter l'impôt sur la pollution"

"J’assume cette décision, il est vrai que le prix du gazole et le prix de l’essence vont augmenter. Ils vont augmenter du fait de décision que nous prenons, en partie et que j’assume ici, et ils augmentent du fait de décisions que nous subissons et qui ne relèvent pas du gouvernement. Nous avons fait le choix de baisser l’impôt sur le travail et d’augmenter l’impôt sur la pollution. Je ne dis pas que c’est agréable et je ne dis pas que ça ne pose pas de difficultés à certains", a poursuivi le Premier ministre.

Le 17 septembre, au micro de Jean-Jacques Bourdin sur RMC et BFM TV, la ministre des Transports Elisabeth Borne avait confirmé les discussions à venir dans le cadre de la prochaine loi de Finances sur une hausse des taxes sur le gazole, mais aussi sur l’essence.

"Il y a une trajectoire carbone pour tenir compte de la pollution des carburants fossiles qui a été annoncée et les taxes vont continuer à augmenter, a rappelé la ministre. Le projet sur les taxes appliquées au carburant en 2020 sera discuté dans le prochain projet de loi de finances. Il y a un rattrapage qui continue entre le diesel et l'essence. Sur le diesel, la taxe a augmenté de 7 centimes et c'est la trajectoire qui a été annoncée sur le quinquennat. L'essence doit augmenter de 4 centimes".

Les diverses taxes représentent 60% du prix des carburants en France. Ce mardi, l’association 40 Millions d’Automobilistes appelait les Français à envoyer le ticket de caisse de leur dernier passage à la pompe à l’Elysée.

Pauline Ducamp