BFM Auto

Prix du carburant: une association invite les automobilistes à envoyer leur ticket de caisse à l'Élysée

Avec l’opération "Coût de pompe", l’association "40 millions d’automobilistes" demande au gouvernement d’appliquer un taux réduit de TVA sur les carburants routiers

Avec l’opération "Coût de pompe", l’association "40 millions d’automobilistes" demande au gouvernement d’appliquer un taux réduit de TVA sur les carburants routiers - Boris Horvat-AFP

La hausse confirmée des taxes sur le carburant en 2019 incite l'association "40 millions d'automobilistes" à lancer une pétition. Les conducteurs sont invités, après leur passage à la pompe, à envoyer leur ticket de caisse à l'Élysée, en franchise de courrier.

La hausse continue de la fiscalité sur les carburants couplée à celle du prix du pétrole brut, passe de plus en plus mal dans la population. Une association d'automobilistes lance l’opération "coût de pompe". Elle demandant au gouvernement "d’appliquer un taux réduit de TVA sur les carburants routiers et d’abaisser le montant de la TICPE aux niveaux des minima applicables en Europe sur décision du Conseil de l’Union européenne, soit 0,359 €/L d’essence (au lieu de 0,6829 €/L actuellement) et 0,33 €/L de gazole (contre 0,594 €/L)."

"Cette très forte évolution à la hausse des prix de nos carburants est due principalement à l’augmentation démesurée du montant des taxes pesant sur les produits pétroliers, qui représentent aujourd’hui 60 à 65% du prix total d’un litre de carburant, soit environ 0,95€ pour un litre de SP 95 et 0,84€ pour un litre de gazole" explique l’association "40 millions d’automobilistes", à l'origine de cette opération.

Les taxes vont augmenter jusqu'en 2022

Elle suggère en plus, pour soutenir ces propositions, aux automobilistes de télécharger un courrier standard sur son site Internet et d’y joindre leur ticket de carburant et d’adresser le tout au Président de la République. "L’envoi d’un courrier au Président de la République ne nécessite aucun affranchissement", rappelle malicieusement l'association.

Hier, lundi 17 septembre, la ministre des Transports a rappelé que la fiscalité des carburants allait encore augmenter en 2019, de 7 centimes pour le gasoil et de 4 centimes pour l'essence, dans le cadre du rattrapage de la fiscalité du premier sur celle de la seconde, plus élevée. Entrées en vigueur cette année, ces règles vont jouer jusqu'en 2022, c'est-à-dire la fin de l'actuel quinquennat.

Frédéric Bergé