BFM Auto

Et si demain, vous rouliez au whisky?

Martin Tangney, chimiste et fondateur de Celtic Renewables, a créé un biocarburant à partir des résidus de la production du whisky.

Martin Tangney, chimiste et fondateur de Celtic Renewables, a créé un biocarburant à partir des résidus de la production du whisky. - Celtic Renewables

Celtic Renewables, une société basée à Edimbourg en Ecosse, a fait pour la première fois rouler une voiture au Biobutanol, un biocarburant issu des résidus de la production du whisky.

Les voitures essence comme diesel seront interdites à partir de 2040 en France: et si l’avenir n’était pas uniquement à l’électrique, mais aussi au whisky? C’est en tout cas ce que propose Celtic Renewables, une société écossaise spécialisée dans les biocarburants.

Une Ford Fiesta au whisky

Elle a ainsi fait rouler début juillet une Ford Fiesta au Biobutanol, un biocarburant issu de résidus de la production du whisky. "Ce carburant est un biocarburant durable, qui peut directement remplacer l’essence ou le gazole, peut-on lire sur le site de Celtic Renewables. Il est produit à partir du "draff", les grains d’orge riches en sucre utilisés dans la fermentation pour produire le whisky, et du "pot-ale", le liquide de levure issu de la fermentation".

Fondée en mars 2011, à partir d’un laboratoire de recherche de la Napier University d’Edimbourgh en Ecosse, Celtic Renewables a mis au point le système de fermentation pour obtenir un carburant transparent avec le draff et le pot-alle. L’équipe de la start-up a simplement attendu que le réservoir de la Fiesta soit vide pour le remplir avec le Biobutanol. Le moteur n’a pas eu besoin d’être modifié pour accueillir cette alternative au carburant issu du pétrole.

"C’est la première fois dans l’histoire qu’une voiture roule avec un biocarburant issu des résidus de la production du whisky", a expliqué Martin Tangney, chimiste et fondateur de Celtic Renewables.

Un carburant plus efficace

La start-up écossaise travaille avec une distillerie pour récupérer la matière première. Celtic Renewables estime que le Biobutanol offre 25% d’énergie en plus dans un litre que le biocarburant classique. Les voitures l'utilisant pourraient parcourir ainsi plus de kilomètres avec un seul plein.

Avec 750 000 tonnes de draff et 2 milliards de litres de pot-ale produits chaque année par l’industrie écossaise du whisky, les capacités de production sont particulièrement importantes. Celtic Renewables entrevoit ainsi des opportunités dans tous les pays producteurs de whisky, par exemple au Japon.

"Nous ne sommes devenus cette nation carburant au pétrole que depuis les années 50, mais nous ne pourrons pas le remplacer par une seule alternative, analyse Martin Tangney sur la BBC. Nous devons réunir tous les moyens possibles, et les voitures électriques en sont un. Mais elles demandent la mise en place d’une infrastructure. Avec le biofuel, les conducteurs ne se rendront même pas compte du changement".

Celtic Renewables espère pouvoir commercialiser ses produits à partir de 2019.
Pauline Ducamp avec Top Gear