BFM Business

La hausse des créations d'emplois est un signe "extrêmement encourageant" pour Muriel Pénicaud

Muriel Pénicaud reste inquiète des disparités.

Muriel Pénicaud reste inquiète des disparités. - Ludovic Marin - AFP

La ministre du Travail est enthousiaste des chiffres de l'Insee mais s'est tout de même inquiétée des disparités.

Muriel Pénicaud voit dans les derniers chiffres de créations d'emplois un signe "extrêmement encourageant", à l'occasion d'un point trimestriel sur le marché du travail. C'est la plus forte hausse en 10 ans, a relevé la ministre après la publication par l'Insee de la création de 268.800 postes salariés (+1,1%) en 2017. "On peut considérer que c'est une dynamique forte, extrêmement encourageante", a-t-elle dit, relevant le dynamisme du secteur de la construction mais aussi celui de l'emploi industriel.

La ministre du Travail avait décidé à son entrée en fonction de ne plus commenter les chiffres du chômage tous les mois mais de faire un point trimestriel en invitant des économistes à débattre autour de plusieurs indicateurs. "La France a amorcé la décrue du chômage de masse", a redit la ministre, estimant que "nul n'est inemployable". "Je ne sais pas où est le niveau du chômage structurel mais je suis sûre qu'il n'est pas au niveau" du taux de chômage actuel, a-t-elle ajouté. Elle a également souligné "une sorte de polarisation" entre les CDI et l'emploi plus précaire comme l'intérim.

Des écarts importants

Au titre des inquiétudes, elle s'est dite "frappée" par "l'ampleur et la durée" des disparités territoriales, avec des écarts de taux de chômage allant du "simple au triple" en France. Le Nord, le pourtour méditerranéen et la Seine-Saint-Denis connaissent les taux de chômage les plus élevés, "une résistance structurelle sur laquelle il va falloir travailler en profondeur", a-t-elle dit.

La ministre a également fait état des "difficultés de recrutement" rencontrées par des entreprises.

D. L. avec AFP