BFM Business

La France emprunte encore moins cher en 2013

La France est perçue comme sûre, et ses taux sont plus rémunérateurs que ceux de l'Allemagne

La France est perçue comme sûre, et ses taux sont plus rémunérateurs que ceux de l'Allemagne - -

Paris a procédé à sa première émission de dette de l’année à moyen et long terme, ce jeudi 3 janvier. Et les coûts d’emprunts de la France continuent de baisser.

L’année 2013 commence sous les meilleurs auspices pour la dette française. Ce jeudi 3 décembre, l’Agence France Trésor (AFT), l’agence chargée de placer la dette française sur les marchés financiers, a annoncé les résultats d’une émission de 7,993 milliards d’euros sur différents titres de long et moyen terme.

Il en ressort que les titres de dette de la France continuent d’être plébiscités sur le marché primaire de la dette, lieu où les Etats placent leurs titres. Le coût d’emprunt de l’obligation à 10 ans passe ainsi de 2,22% lors de la précédente émission comparable, à 2,07% aujourd’hui.

Cette première émission de dette 2013 à moyen et long terme de la France survient après une année 2012 record. Jamais la France n’a payé aussi peu cher pour financer ses emprunts l’année passée.

La France "grand émetteur de référence" de la zone euro

"Nous sommes dans la continuité de 2012. La dette française reste une très bonne alternative pour les investisseurs car elle demeure un placement sûr qui offre un certain rendement par rapport aux titres allemands qui eux ne rapportent plus rien", explique ainsi Renaud Defossez, stratégiste obligataire chez Natixis, cité par l’AFP.

La dette à 10 ans de l’Allemagne s’échange, en effet, au taux extrêmement bas de 1,44%, sur le marché secondaire, où les investisseurs s’échangent entre eux les titres de dette d’un pays.

En décembre dernier, les taux à 10 ans de la dette française, l’échéance phare, étaient passés sous le taux de 2%, sur le marché secondaire.

La qualité de la signature de la dette française avait également soulignée par l’agence de notation Fitch Ratings, qui considère que l’Hexagone possède un "statut de grand émetteur de référence de la zone euro".

Pour cette année 2013, la France empruntera 169 milliards d’euros à moyen et long terme, ce qui représentera neuf milliards d’euros de moins qu’en 2012.

Julien Marion