BFM Business

La CGT va-t-elle garder la main sur la fonction publique?

5,2 millions de fonctionnaires sont appelés aux urnes.

5,2 millions de fonctionnaires sont appelés aux urnes. - Thierry Zoccolan - AFP

Plus de cinq millions de fonctionnaires sont appelés aux urnes ce jeudi. Un scrutin aux enjeux multiples pour les syndicats représentatifs de la fonction publique.

Même si le gouvernement a d’autres préoccupations en cette période, il observera attentivement le résultat de ce scrutin national. Car ce jeudi 6 décembre, ce sont 5,2 millions de salariés des trois fonctions publiques (Hospitalière, territoriale et d’État) qui sont appelés aux urnes.

Au total, 22.000 instances, qu’elles soient destinées à régler des situations collectives (Comités techniques, CHSCT, Conseils supérieurs de la fonction publique) ou individuelles (Commissions administratives paritaires et Commissions consultatives paritaires) devront être renouvelées pour quatre ans.

L’enjeu de ce scrutin est important, dans la mesure où se profile une délicate réforme de la fonction publique.

Vers un recours accru aux contractuels

Comme pour le privé, le gouvernement entend fusionner certaines instances représentatives du personnnel (Comités techniques et CHSTC) et diminuer l’influence d’autres. L’exécutif veut également améliorer la méthode de rémunération des fonctionnaires, en l’individualisant. En d’autres termes, une part devra être liée au mérite, même si les contours de ce nouveau mode de calcul restent flous.

L’autre inconnue réside dans la solution choisie par le gouvernement pour supprimer des dizaines de milliers de postes de fonctionnaires. Des "plans de départs volontaires" sont à prévoir, comme l’a déjà indiqué le ministre des Comptes publics, Gerald Darmanin.

Mais le point le plus délicat devrait concerner le recours accru aux contractuels. Les syndicats craignent une attaque en règle du statut de fonctionnaire, pas vraiment rassurés par les récents propos du même Gerald Darmanin sur une possible "généralisation" du recrutement de fonctionnaires hors statut. D’autres dossiers, comme la volonté gouvernementale d’appliquer réellement les 35 heures chez les agents de la fonction publique territoriale, notamment en supprimant le symbolique "jour du maire", pourraient se révéler explosifs.

Quelle vigueur pour l'opposition syndicale à venir?

Reste à savoir, désormais, quels seront les interlocuteurs du gouvernement. Lors des dernières élections, en 2014, la CGT avait recueilli 23,1% des voix, devant la CFDT (19,3%) et Force ouvrière (18,6%). La CFDT avait tout de même réussi à ravir la 1ère place à la CGT dans la fonction publique d’État.

Ce scrutin devrait donc déterminer, également, la vigueur de l’opposition syndicale face à l’exécutif. Les résultats, eux, seront connus le 20 décembre.

Yann Duvert