BFM Business

La BCE "fait confiance" à la France pour mener les réformes

Mario Draghi a toutefois averti qu'il est nécessaire de respecter le pacte de stabilité

Mario Draghi a toutefois averti qu'il est nécessaire de respecter le pacte de stabilité - Ciro de Luca - AFP

Lors de sa conférence de presse mensuelle, ce jeudi 2 octobre, le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi a appelé les Etats-membres à ne pas compromettre les efforts en matière de consolidation budgétaire. Mais il a affirmé sa confiance envers Paris.

La BCE a marqué une pause, ce jeudi 2 octobre. Après avoir baissé les taux et décidé de nouvelles mesures pour redynamiser une inflation atone le mois dernier, son président Mario Draghi n'a pas livré de nouvelle grande annonce.

Le patron de la Banque centrale européenne a néanmoins dit quelques mots sur la situation économique des pays de la zone euro. Quitte à dresser des constats déplaisants pour les Etats membres. Il a ainsi jugé que "les réformes structurelles ont clairement besoin d'aller plus vite dans plusieurs pays". Sans, évidemment, citer de nom.

Il s'est ensuite exprimé sur la consolidation budgétaire en affirmant que "les pays de la zone euro ne doivent pas compromettre les progrès déjà accomplis et doivent respecter le cadre du pacte de stabilité et de croissance".

"Tout le monde veut que la France connaisse un retour à la croissance"

"Ceci doit se refléter dans les projets de budget que les gouvernements sont en train de soumettre", a-t-il poursuivi.

Cette dernière déclaration ne semble pas anodine au moment où la France a présenté un Budget 2015 avec des objectifs de déficits moins ambitieux.

Interrogé ensuite sur la France justement, Mario Draghi a tenu à rassurer. "Tout le monde veut que la France connaisse un retour de la croissance et d'un faible taux de chômage". En ce sens il a déclaré que "nous faisons confiance au gouvernement pour mener les réformes structurelles".

Le programme de rachats d'actifs débute

Autrement, Mario Draghi a apporté quelques précisions concernant le programme de rachats d'actifs de la Banque centrale européenne, annoncé en septembre, en précisant le calendrier.

Ainsi, les rachats d'obligations sécurisées (des obligations gagées sur des crédits) débuteront "dans la deuxième partie du mois d'octobre". Quant aux rachats de crédits titrisés sur les marchés, les ABS, ils démarreront au dernier trimestre 2015. Mario Draghi a assuré que ces décisions très techniques "soutiendront des segments de marché qui jouent un rôle clef dans l'économie".

Dans la même veine, le président de la Banque centrale européenne a jugé que "le train de mesures sans précédent" décidé ces dernier mois va "avoir des effets au fur et à mesure" et vont ainsi contribuer à faire revenir l'inflation à un niveau "proche de 2%", soit l'objectif de la BCE.

Julien Marion