BFM Business

L'Europe à nouveau touchée par le nuage de cendres volcaniques

Panache de cendres au-dessus du volcan Eyjafjöll en Islande, dimanche. Le nuage de cendres volcaniques venu d'Islande a entraîné lundi la fermetures des principaux aéroports de Grande-Bretagne et des Pays-Bas et il menace de perturber à nouveau largement

Panache de cendres au-dessus du volcan Eyjafjöll en Islande, dimanche. Le nuage de cendres volcaniques venu d'Islande a entraîné lundi la fermetures des principaux aéroports de Grande-Bretagne et des Pays-Bas et il menace de perturber à nouveau largement - -

par Caroline Copley LONDRES - Le nuage de cendres volcaniques venu d'Islande a entraîné lundi la fermetures des principaux aéroports de...

par Caroline Copley

LONDRES (Reuters) - La Grande-Bretagne est ce lundi matin sur le point d'assouplir les restrictions imposées aux principaux aéroports du pays après avoir constaté un déplacement du nuages de cendres volcaniques venu d'Islande.

La menace d'importantes perturbations du trafic aérien européen semble se réduire mais les plus grands aéroports irlandais et néerlandais sont toujours fermés.

Le mois dernier, une grande partie de l'espace aérien européen avait été fermé pendant six jours en raison de l'éruption du volcan islandais Eyjafjöll, qui continue de cracher des cendres à plus de 7.600 mètres d'altitude.

Depuis lors, le nuage de cendres a périodiquement provoqué de courtes interruptions de vol dans certaines parties de l'Europe.

Dans la nuit de dimanche à lundi, les autorités britanniques ont étendu la zone d'interdiction de vol imposée durant le week-end aux aéroports londoniens de Heathrow, l'un des plus importants d'Europe, et Gatwick de 00h00 GMT à 06h00 GMT.

En début de matinée, le Service national du trafic aérien (NATS) a fait savoir que les conditions avaient changé et qu'en conséquence, Heathrow et Gatwick allaient rouvrir aux heures prévues.

"Les aéroports de Heathrow et Gatwick vont sortir de la zone d'interdiction de vol. Toutefois, des restrictions devront être appliquées en raison de leur grande proximité avec la zone d'interdiction de vol", dit le NATS dans un communiqué.

EUROSTAR AUGMENTE SON OFFRE

Aux Pays-Bas, les aéroports d'Amsterdam et de Rotterdam ont été fermés pour au moins huit heures à partir de 06h00 (04h00 GMT), rapporte la télévision néerlandaise.

Les autres aéroports du pays ne sont pas affectés mais, Amsterdam et Rotterdam étant les deux principaux, le trafic aérien à destination et au départ des Pays-Bas devrait donc être très largement perturbé toute la journée.

L'aéroport Schiphol d'Amsterdam est le troisième plus important d'Europe pour le fret et le cinquième pour le transport de passagers. Des vols en provenance des Etats-Unis y ont été annulés lundi.

La compagnie néerlandaise KLM a indiqué dans un communiqué qu'elle étudiait des solutions de rechange pour les passagers affectés à Heathrow.

Le trafic a été perturbé durant le week-end en Grande-Bretagne, notamment en Ecosse et en Irlande, mais les vols au-dessus de l'Atlantique Nord transitant par l'espace aérien irlandais n'ont pas été affectés.

L'agence météorologique britannique a fait savoir que le nuage de cendres se déplaçait vers le sud-ouest et qu'il devrait avoir quitté l'espace aérien britannique dans la journée de mardi.

Plus de 100.000 vols ont été annulés à travers l'Europe le mois dernier. Des millions de personnes ont été bloquées dans les aéroports lors des six jours de paralysie dont le coût a été estimé à 1,7 milliard de dollars (1,4 milliard d'euros) par l'Association internationale du transport aérien.

Eurostar a annoncé qu'en raison des perturbations en Grande-Bretagne, il mettait en place lundi quatre liaisons ferroviaires supplémentaires et que 3.500 places de plus seraient disponibles entre Londres et Paris.

La compagnie ferroviaire britannique Virgin Trains a fait savoir pour sa part que 7.000 places supplémentaires seraient offertes lundi, principalement entre Birmingham et les villes de Glasgow et Edimbourg et sur la ligne Londres-Glasgow.

Clément Dossin et Grégory Blachier pour le service français