BFM Business

L'Allemagne taille dans ses prévisions de croissance

Sigmar Gabriel juge que l'Allemagne n'a pas besoin de changer sa ligne budgétaire.

Sigmar Gabriel juge que l'Allemagne n'a pas besoin de changer sa ligne budgétaire. - Tobias Schwarz - AFP

Berlin a revu fortement à la baisse ses prévisions de croissance, ce mardi 14 octobre, tablant désormais sur 1,2% pour 2014 et 1,3% pour 2015. Mais le gouvernement ne compte pas modifier sa ligne économique et budgétaire pour autant.

Après la France, au tour de l'Allemagne. Berlin a annoncé, ce mardi 14 octobre, avoir très largement revu à la baisse ses prévisions de croissance pour 2014 et 2015.

Le gouvernement ne table ainsi plus que sur 1,2% pour cette année et 1,3% pour l'an prochain, contre respectivement 1,8% et 2% auparavant.

Sigmar Gabriel, le ministre de l'Economie, a fait valoir que "l'économie allemande navigue dans des eaux difficiles" du fait de nombreuses crises à l'international.

Mais ceux qui s'attendent à une inflexion de Berlin pour relancer la croissance risquent d'être déçus. En effet, Sigmar Gabriel a jugé que malgré ces nouvelles prévisions, "il n'y a aucune raison pour le gouvernement allemand de dévier de la ligne de sa politique économique, budgétaire et sociale".

Des "appels excités"

"Si personne ne s'est ému en 2013 (d'une croissance allemande du PIB de 0,1%, ndlr), il n'y a aucune raison d'être nerveux avec 1,2% ou 1,3%", a-t-il poursuivi.

Sigmar Gabriel a, au passage, critiqué "les appels excités" qui se sont multipliés ces derniers temps en direction du gouvernement pour investir davantage et soutenir la croissance.

En France, François Hollande avait à plusieurs reprises appelé l'Allemagne à faire davantage pour soutenir la reprise en zone euro.

"Faire des dettes en Allemagne ne créerait pas de la croissance en Italie, en France, en Espagne ou en Grèce", a jugé pour sa part Sigmar Gabriel, qui a appelé les pays concernés à s'atteler à leurs réformes.

J.M. avec AFP