BFM Business

L'absence de croissance confirmée en zone euro

Les grands pays de la zone euro ont affiché des mauvais résultats de croissance au deuxième trimestre.

Les grands pays de la zone euro ont affiché des mauvais résultats de croissance au deuxième trimestre. - AFP

La deuxième estimation d'Eurostat, publiée vendredi 5 septembre, confirme le mauvais chiffre de la croissance pour le deuxième trimestre. Dans l'ensemble de la zone euro, il s'agit d'un zéro pointé.

Le constat est triste, mais il est bien réel: la zone euro a enregistré une croissance nulle au deuxième trimestre, selon l'office européen de statistiques Eurostat, qui a publié une deuxième estimation vendredi 5 septembre.

Cette confirmation intervient au lendemain des annonces fortes de la Banque centrale européenne (BCE), qui a étoffé de manière spectaculaire son arsenal pour tenter de relancer l'économie, à base de nouvelle baisse des taux d'intérêt et de diverses autres mesures pour inciter les banques à octroyer plus de crédits.

La BCE en a profité pour revoir à la baisse sa prévision de croissance pour la zone euro cette année, à 0,9% contre 1,0% précédemment.

Le coup d'arrêt à la croissance de l'Union monétaire au deuxième trimestre (0,0%) intervient après une hausse de 0,2% au premier trimestre, également confirmée vendredi par Eurostat, qui avait publié sa première estimation le 14 août.

La baisse du PIB allemand confirmée

Dans le détail des composantes du PIB, les dépenses de consommation des ménages ont augmenté de 0,3% au deuxième trimestre, apportant une contribution positive à la croissance de 0,2 point. En revanche, les investissements des entreprises ont diminué de 0,3%, soit une contribution négative de 0,1 point de pourcentage.

Parmi les Etats membres de la zone euro, les meilleures performances ont été enregistrées par Malte (+1,3%) et la Lettonie (+1,0%). Mais, à l'exception de l'Espagne (+0,6%), les grands pays du noyau dur de la zone euro ont enregistré de mauvaises performances, au premier rang desquels l'Allemagne: Eurostat a en effet confirmé une baisse du PIB de 0,2%. L'Italie a également vu son PIB reculer de 0,2%, tandis que celui de la France a stagné (0,0%), tout comme au premier trimestre.

A l'échelle de l'ensemble de l'Union européenne, la croissance a progressé de 0,2% (chiffre confirmé), après une hausse de 0,3% au premier trimestre.

Y.D. avec AFP