BFM Business

Jusqu'à 500 nouveaux départs volontaires à France Télévisions

-

- - -

La baisse des ressources imposées à France Télévisions dans le projet de budget 2013 entraînera « probablement » un plan de départs volontaires qui pourrait toucher jusqu'à 500 personnes dans les années qui viennent, selon une source proche de la direction du groupe d'audiovisuel public.

La baisse des ressources imposées à France Télévisions dans le projet de budget 2013 entraînera « probablement » un plan de départs volontaires qui pourrait toucher jusqu'à 500 personnes dans les années qui viennent, a indiqué mardi une source proche de la direction.
« Parmi les hypothèses évoquées, il est probable que l'on doive aller plus loin que ce que prévoit le contrat d'objectifs et de moyens », qui inclut déjà une baisse des effectifs de 5% au cours de la période 2013-2015 sur un total de 10 000 salariés, soit 500 suppressions d'emplois.
Il y aura « 500 personnes au maximum concernées » par cette nouvelle réduction des effectifs, avec « un effort à faire sur la masse salariale ».
La baisse des ressources publiques imposée par l'Etat entraînera « entre 150 et 200 millions d'économies dans les années qui viennent pour France Télévisions ».

Baisse des dotations et des recettes de la pub

Alors que le projet de budget 2013 prévoit un repli de 1,6% du total des dotations à l'audiovisuel public, France Télévisions va subir la plus forte baisse, soit les chaînes France 2, France 3, France 4, France 5 et France Ô.
Le groupe bénéficiera ainsi de 2,45 milliards d'euros, soit 85 millions de moins que cette année. A cette baisse des dotations s'ajoute une baisse de ressources publicitaires de plus de 60 millions d'euros prévue par le groupe, en raison de la crise.
Rémy Pflimlin, le président de France Télévisions, a déjà mis en garde à plusieurs reprises depuis la rentrée contre les effets néfastes sur l'emploi et la création de la cure d'austérité que lui a préparée le gouvernement pour 2013.
Dès la fin août, il avait levé « le tabou » d'une réduction des effectifs plus importante que prévu.

La Rédaction avec AFP