BFM Business

Jean-Marc Ayrault présente un programme de rigueur sans le nom

Le Premier ministre a détaillé les réformes qu'il allait mettre en oeuvre.

Le Premier ministre a détaillé les réformes qu'il allait mettre en oeuvre. - -

Dans sa déclaration de politique générale prononcée ce mardi 3 juillet à l'Assemblée, le Premier ministre a détaillé les principales réformes que son gouvernement allait mettre en oeuvre. Sans nier la gravité de la situation économique, il a repoussé l'idée d'un futur tournant de la rigueur...

Après les 60 promesses du programme de François Hollande, voici les engagements de Jean-Marc Ayrault.

Dans un discours de politique générale d'une heure et demie prononcé ce mardi après-midi devant la nouvelle Assemblée nationale, le Premier ministre a détaillé le contenu et esquissé le calendrier des réformes qui seront mises en oeuvre par son gouvernement dans les cinq ans à venir.

En préalable, il a rappelé la nécessité de lutter contre les déficits: "Une France endettée est dépendante vis-à-vis des agences de notations et des marchés financiers." Malgré tout, "le gouvernement ne renoncera à rien, a affirmé Jean-Marc Ayrault. Nous n'avons pas été élus pour trouver des excuses mais des solutions." Façon de dire que toutes les promesses seront tenues. D'autant que, selon lui, "il n'y aura pas de tournant de la rigueur, car le ralentissement de la croissance a été anticipé" par François Hollande durant la campagne.

Les deux phases du quinquennat

Selon Jean-Marc Ayrault, le quinquennat comportera deux phases: celle des "réformes de structure", et celle où il sera possible de "tirer les bénéfices de ces réformes". En termes plus simples: les efforts avant le réconfort! Mais le chef du gouvernement s'est bien gardé de donner une date pour cette seconde phase.

La première réforme structurelle concernera la fiscalité. Dès cette année, l'allégement de l'ISF et des successions décidé sous Nicolas Sarkozy sera supprimé. De même que l'éxonération des charges sociales des heures supplémentaires dans les entreprises de plus de 20 salariés. La hausse de la TVA sera également abrogée. Une taxe sur les grandes entreprises sera aussi instaurée.

Le second volet de la réforme fiscale, en 2013, concernera principalement la réforme de l'impôt sur le revenu: plafonnement des niches fiscales, nouveau taux à 45%, et instauration d'un taux à 75% pour les revenus supérieurs à 1 million d'euros par part. L'imposition des revenus du capital sera alignée sur celle du travail. Le Premier ministre s'est également engagé à revoir la fiscalité pesant sur les PME, mais sans entrer dans le détail.

Redressement industriel

Jean-Marc Ayrault a consacré une bonne partie de son discours au redressement productif. Un plan de reconquête industrielle, qui comportera un volet spécifique pour la filière automobile, sera présenté prochainement, a-t-il annoncé. La future banque publique d'investissement verra le jour avant la fin de l'année. Un livret d'épargne industriel sera aussi mis en place.

De même, il a rappelé l'objectif de réduction de 75% à 50% de la part de l'énergie fournie par les centrales nucléaires avec l'adoption d'un plan de transition énergétique faisant la part belle aux énergies renouvelables. Mais le calendrier n'a pas été fourni.

Patrick Coquidé