BFM Business

Jean-Marc Ayrault arrive sûr de lui en Allemagne

Jean-Marc Ayrault se déplace à Berlin, alors que les chiffres de la croissance française sont meilleurs que prévus.

Jean-Marc Ayrault se déplace à Berlin, alors que les chiffres de la croissance française sont meilleurs que prévus. - -

Le Premier ministre se rend à Berlin, ce jeudi 15 novembre, fort des chiffres de la croissance française, qui connaît un rebond imprévu.

Si Jean-Marc Ayrault se permet de fanfaronner, ce jeudi dans le quotidien Süddeutsche Zeitung, c’est qu’il a (enfin) une bonne raison de le faire. Dans une interview au journal allemand, le Premier ministre déclare ainsi que "la France n'a pas besoin de leçon" à recevoir de l’Allemagne. Le chef du gouvernement français avait en effet été particulièrement irrité par les propos de l’ex-chancelier Gerhard Schröder, qui avait déclaré: "les promesses de campagne du président français vont se briser sur la réalité économique".

La France, nouvel "homme malade de l'Europe" selon la presse allemande

Sauf que, ce 15 novembre, Jean-Marc Ayrault débarque à Berlin -pour la première fois- avec dans ses valises, des chiffres de la croissance française au troisième trimestre meilleurs que prévus (+0,2%). Au même moment, l’Allemagne publiait elle aussi ses statistiques, montrant un ralentissement de la croissance outre-Rhin (+0,2% également). Et il ne s'est pas privé de saluer, dès son arrivée dans la capitale allemande, un "indicateur prometteur" envue du "redressement économique" de la France.

Ce qui tend à rééquilibrer le rapport de force entre les deux plus grandes puissances européennes, alors que l’Allemagne multiplie les signes d’inquiétude envers les mesures engagées par le gouvernement français. Depuis plusieurs jours, des médias allemands dépeignent la France comme le nouvel "homme malade de l'Europe", s'appuyant notamment sur certaines déclarations de responsables politiques.

Un proche d’Angela Merkel, le chef du groupe parlementaire conservateur Volker Kauder, avait par exemple déclaré vendredi dernier: "Ce serait bien si les socialistes engageaient maintenant vraiment des réformes structurelles. Cela ferait du bien au pays et à l'Europe".

Ayrault veut "plus de compréhension" de la part de l'Allemagne

A Berlin, Jean-Marc Ayrault est donc attendu "avec curiosité", selon le porte-parole du gouvernement allemand, Steffen Seibert. Il va ainsi "pouvoir nous expliquer les mesures envisagées par le gouvernement français pour parvenir à plus de compétitivité".

Mais, fort de statistiques réconfortantes, le Premier ministre français a prévenu: "L'Allemagne a également profité de l'Europe, au demeurant. Son économie a pu connaître la croissance grâce aux exportations dans les autres Etats de l'Union européenne (...) Mais la population allemande vieillit plus vite que la population française et cela conduit à des problèmes pour le système de retraite et de sécurité sociale. La compréhension de ces problèmes spécifiques à un pays, je l'attends aussi pour le mien".

En attendant, Jean-Marc Ayrault sera reçu à 15 heures par la chancelière avec les honneurs militaires, un signal protocolaire inhabituel pour un chef de gouvernement. Peut-être le signe d’une volonté d’apaisement entre les deux camps.

Yann Duvert