BFM Business

Hollande et le gouvernement sont "constants dans l'erreur", selon Arnaud Montebourg

Pour Arnaud Montebourg, "les Français se retrouvent avec le programme de la droite allemande".

Pour Arnaud Montebourg, "les Français se retrouvent avec le programme de la droite allemande". - Stéphane de Sakutin - AFP

Arnaud Montebourg, dans un entretien croisé avec l'économiste Thomas Piketty pour Les Inrockuptibles de ce 10 septembre, a poursuivi ses critiques contre le gouvernement de Manuel Valls. Il critique la politique menée, jugée "trop rapide" et "trop brutale".

"Une politique trop rapide" et "trop brutale". Deux semaines après sa démission, Arnaud Montebourg tire à boulets rouges sur le gouvernement. Il lui reproche "sa grande constance dans l'erreur", dans Les Inrockuptibles de ce 10 septembre.

"La vérité est que les Français ont voté pour la gauche et qu’ils se retrouvent avec le programme de la droite allemande", dit-il à l'occasion d'un dialogue avec l'économiste Thomas Piketty. "C’est une des raisons de ma rupture avec ce gouvernement."

Pour Arnaud Montebourg, l’orientation politique majeure suivie par François Hollande a consisté à mener en priorité une politique de rétablissement des comptes publics, alors que "la question de la croissance a été envisagée comme une grâce qui devait tomber du ciel, que le président attendait comme on attend Godot".

"La politique de rétablissement des comptes publics a été trop brutale, trop rapide, elle n’a pas été comprise car non discutée pendant la campagne présidentielle", poursuit-il, et "elle a conduit à aggraver (...) la situation économique au lieu de l’améliorer".

Une politique d'austérité

"Je me suis battu pendant deux ans", dit-il encore avant d'affirmer que François Hollande a constamment balayé "d'un revers de main" tous ses arguments pour changer de politique.

La baisse des dépenses publiques et la hausse des impôts de 70 milliards en trois ans, soit l'équivalent de 3,5 points de produit intérieur brut, depuis 2012, forment un "plan d’austérité à la française", déclare-t-il. "La loi de finances, qui engage une vraie politique d’austérité, est l’un des motifs de ma rupture avec le Président", ajoute-t-il.

A la question de savoir si son remplacement par Emmanuel Macron, un ancien banquier d'affaires, est une façon "d'assumer un tournant politique social-libéral décomplexé", il répond: "Il est trop tôt pour le dire. Laissons-le agir."

Il défend par ailleurs la politique de rétablissement de la compétitivité des entreprises, estimant que le recours au crédit d'impôt compétitivité emploi a des effets positifs. "Les enquêtes de conjoncture auprès des chefs d’entreprise montrent que la moitié d’entre eux va embaucher, un tiers va investir. Je ne crois donc pas que cela soit une politique vaine."

D. L. avec Reuters