BFM Business

Grèce: Tsipras remanie son gouvernement

Alexis Tsipras calme la fronde dans les rangs de Syriza

Alexis Tsipras calme la fronde dans les rangs de Syriza - Aris Messinis - AFP

Plusieurs membres de l'exécutif grecs ayant dérogé à ses consignes et voté non "mercredi" aux réformes des créanciers d'Athènes, le Premier ministre a décidé de revoir l'état de ses troupes. Il change ainsi de ministre de l'Energie et des Transports.

Alexis Tsipras tire les conséquences du vote au Parlement de mercredi. Durant ce scrutin, plusieurs ministres, membres de l'aile gauche de Syriza (le parti de Tsipras) ont voté "non" au premier train de réformes exigées par les créanciers d'Athènes, désobéissant de facto aux consignes de leur leader. Même si le "oui" l'a finalement emporté.

D'où le remaniement annoncé ce vendredi par le Premier ministre grec destiné à calmer cette fronde. Une dizaine de changement a ainsi été opéré pour remplacer les ministres et surtout vice- ministres qui ont voté contre ces mesures, rejetées par un peu moins d'un quart des membres de Syriza.

De nouveaux ministres du Travail et de l'Energie

Le ministre du Travail, Panos Skourletis, remplace Panagiotis Lafazanis au poste de ministre de l'Energie. Le ministre de la Réforme administrative, Georges Katrougalos, prend le portefeuille du Travail.

Nadia Valavani, qui a démissionné en début de semaine, est remplacée par Tryfon Alexiadis au poste de secrétaire d'Etat aux Finances. Olga Gerovassili, une parlementaire de Syriza, devient porte-parole du gouvernement et Christoforos Vernardakis prend le poste de secrétaire d'Etat à la Défense.

Ce remaniement, le premier d'envergure depuis l'arrivée de Syriza au pouvoir il y a six mois, s'apparente à une reprise en main et a valeur de message adressé aux créanciers, qui continuent à douter de la volonté, et de la capacité, de l'exécutif grec de tenir ses engagements.

Il s'agit aussi pour Alexis Tsipras de présenter un exécutif rassemblé et en ordre de marche avant le vote au plus tard le 22 juillet du deuxième train de mesures demandées par les créanciers, qui concernent cette fois les banques et la justice civile.

J.M. avec agences