BFM Business

Grèce: Bruxelles en "désaccord fondamental" avec l'aveu d'échec du FMI

La Commission européenne estime que le FMI ne tient pas compte des liens entre pays de la zone euro.

La Commission européenne estime que le FMI ne tient pas compte des liens entre pays de la zone euro. - -

Via son porte-parole, Simon O'Connor, la Commission européenne, a indiqué ne pas partager les conclusions du FMI sur le premier plan d'aide au pays. Le Fonds estime que la restructuration de la dette grecque, en 2012, aurait du intervenir deux ans plus tôt.

La zizanie règne entre les créanciers publics de la Grèce. Ce jeudi 6 juin, Bruxelles affiche "son désaccord fondamental" avec les conclusions du Fonds monétaire international (FMI). C'est ce qu'a déclaré, Simon O'Connor, porte-parole de la Commission européenne.

Dans son rapport évalant les résultats du premier plan d'aide à la Grèce, en 2010, le FMI a reconnu, mercredi 5 juin, des "échecs notables". Il questionne le rôle joué par la troïka, c'est à dire l'Union européenne, la Banque centrale européenne et lui-même, considérant que la restructuration de la dette dont le pays a été l'objet, en 2012, aurait du survenir dès 2010.

C'est sur ce dernier point que le FMI et la Commission européenne s'opposent. Simon O'Connor, indique notamment qu'une telle solution aurait, en 2010, déstabiliser l'ensemble de la zone euro.

Le rapport du FMI "ne tient pas compte de l'interconnexion entre les pays de la zone euro", a-t-il dit, rappelant que la crise grecque constituait une "situation difficile et sans précédent".

"Nous avons toujours réussi à proposer des solutions solides"

La troïka, qui regroupe la Commission, le FMI et la Banque centrale européenne, "n'existait pas il y a trois ans " et "a été mise sur pied à partir de rien", a-t-il rappelé. "Nous avons des traditions et des approches différentes, mais nous avons toujours réussi à aboutir à des solutions solides", a-t-il insisté.

Le FMI avait également tablé sur des prévisions de croissance trop optimistes, estimant que le PIB grec serait positif dès 2012, alors que le pays s'est enfoncé dans la récession en 2013.

La Commission va elle-même publier un rapport sur le travail avec ses partenaires au sein de la troïka, a indiqué Simon O'Connor, sans préciser sa date de publication.

A LIRE AUSSI:

>> Notre dossier sur la dette grecque

J.M. avec AFP