BFM Business

Quel rapport ont les Français avec les facilités de paiement?

Les Français et les facilités de paiement

Les Français et les facilités de paiement - BFMTV

Selon un sondage d'Opinion Way pour Banque Casino, près de la moitié des Français ont eu recours à un type de facilité de paiement au cours des douze derniers mois, qu'il s'agisse de paiement différé, fractionné ou de location longue durée.

Les Français sont de plus en plus attachés aux facilités de paiement. C’est du moins la conclusion d’un sondage dirigé par Opinion Way pour Banque Casino. Paiement différé par carte bancaire ou chèque, règlement en plusieurs fois, location longue durée d’un produit… Selon cette enquête, près d’un Français sur deux (49%) a déjà eu recours durant les douze derniers mois à l'une de ces solutions de paiement.

Dans le détail, 30% des Français déclarent avoir utilisé le paiement différé par carte bancaire l’an passé, 28% le paiement d’un achat en plusieurs fois, 17% le paiement différé par chèque et 8% la location longue durée d’un produit. À noter également qu’ils sont 22% à avoir réglé un achat avec un smartphone au cours des douze derniers mois. Parmi les propriétaires de smartphones, 25% l’ont fait pour un achat en ligne et 4% pour un achat en magasin.

"Il y a une demande croissante pour les facilités de paiement", assure Marc Lanvin, directeur général adjoint de Banque Casino. Depuis qu’elle a lancé le paiement fractionné avec Cdiscount en 2013, cette filiale du groupe Casino se présente comme la "néobanque des consommateurs". Elle équipe aujourd’hui plusieurs enseignes pour leur permettre de proposer de nouvelles solutions de paiement à leurs clients.

Les Français veulent avoir le choix 

Il faut dire que les facilités de paiement représentent une réelle opportunité pour se démarquer à l’heure où les consommateurs ont l’habitude d’avoir toujours plus de choix. 43% d’entre eux estiment d’ailleurs qu’il est important de pouvoir payer en plusieurs fois dans une enseigne. Surtout, ils sont plus de quatre sur dix (42%) à se dire prêts à se rendre chez la concurrence si le paiement fractionné n’est pas proposé dans leur enseigne habituelle, notamment les 18-24 ans (50%) et les 35-49 ans (49%). "Le consommateur est de plus en plus exigeant. C’est lui qui est en train de reprendre la main. […] C’est un vrai service pour lui", observe Marc Lanvin.

Reste que si la demande est croissante, l’offre manque. "Les facilités de paiement sont utilisées et demandées par les clients alors qu’elles sont proposées par moins de 60% des marchands", poursuit le DGA de Banque Casino, ajoutant que les enseignes sont désormais obligées de "s’équiper à marche forcée". Notamment en ce qui concerne le paiement fractionné qui est devenu "un must-have en matière de solution de paiement", selon lui, "les consommateurs n’ayant pas forcément le plafond nécessaire lorsqu'il souhaite profiter d'un bon plan" tel que la réservation d’un voyage ou l'achat d’un téléviseur.

Panier moyen de 450 euros

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les clients qui utilisent le plus les facilités de paiement ne sont pas les plus modestes. En effet, 58% des sondés vivant dans un foyer dont le revenu dépasse les 3500 euros mensuels ont déjà eu recours à au moins une des solutions de paiement précédemment citées.

Ceci s’explique sans doute par le montant du panier moyen élevé (450 euros sur l’année) et en constante augmentation des achats réalisés grâce aux facilités de paiement. "Pour se payer un frigo, un voyage… C’est un budget significatif", analyse Marc Lanvin.

Location longue durée

Si la location longue durée reste marginale par rapport aux autres solutions de paiement (8%), elle semble lentement gagner en notoriété. Et pour cause, près de la moitié des Français (48%) se disent intéressés par cette pratique, notamment pour une voiture (35%), du matériel de bricolage ou de jardinage (25%) ou un moyen de transport électrique (23%) type vélo ou trottinette.

Les 18-24 ans sont les premiers à se dire intéressés par au moins un produit à la location longue durée (60%), juste devant les 25-34 (57%). Et cette pratique semble séduire aussi bien les habitants d’agglomérations que les ruraux (33% chacun).

Mais si ce phénomène "se développe depuis bien longtemps dans le secteur automobile", son déploiement est globalement "peut-être plus long qu’on aurait pu le croire", explique Marc Lanvin. Car "il n’y pas pléthores d’offres et ce n’est pas aussi simple que le paiement fractionné" pour le client. Pour autant, les professionnels gardent un œil sur cette pratique qui pourrait prendre davantage d’ampleur dans les années à venir.

Paul Louis