BFM Business

Le France se dote d'un "Conseil de l'innovation"

De gauche à droite, les ministres : Bruno Le Maire (Économie), Frédérique Vidal (Recherche), Florence Parly (Défense), Mounir Mahjoubi (Numérique).

De gauche à droite, les ministres : Bruno Le Maire (Économie), Frédérique Vidal (Recherche), Florence Parly (Défense), Mounir Mahjoubi (Numérique). - ERIC PIERMONT / AFP

Cette instance a pour mission d'adapter l'accompagnement public des entreprises innovantes. Elle devra également chapeauter le Fonds pour l'innovation et l'industrie, créé en janvier et doté de 10 milliards d'euros de fonds propres.

Le "Conseil de l'innovation", chargé d'orienter l'action du gouvernement pour les entreprises françaises innovantes, s'est réuni pour la première fois mercredi, avec pour mission de simplifier les nombreux programmes publics dédiés et de les recentrer sur les technologies dites "de rupture".

Ce Conseil chapeautera également le Fonds pour l'innovation et l'industrie (FII), créé en janvier et doté de 10 milliards d'euros de fonds propres, mais dont seul le rendement de 250 millions d'euros par an sera investi.

Concrètement, le FII investira chaque année 150 millions d'euros sur des projets liés à des "grands défis" technologiques définis par le Conseil de l'innovation, notamment dans le secteur jugé prioritaire de l'intelligence artificielle, et 70 millions d'euros sous forme d'aides individuelles de Bpifrance pour des projets considérés comme de potentielles innovations majeures.

Une enveloppe annuelle de 25 millions d'euros sera par ailleurs consacrée au développement des nanotechnologies, tandis que les 5 millions d'euros restants seront alloués en fonction des besoins, à l'appréciation du Conseil de l'innovation.

Cinq ministère et secrétariat d'État

Cet organe de pilotage rassemble cinq ministères et secrétariats d'Etat (Economie, Comptes publics, Transition écologique, Armées, Numérique et Recherche), les présidents du secrétariat général pour l'investissement, de l'Agence nationale de la recherche et de Bpifrance, ainsi que six personnalités extérieures aux administrations.

Parmi ces personnalités figurent trois chefs d'entreprises de tailles diverses: Benoît Potier, PDG du géant industriel Air Liquide, Eric Carreel, fondateur de la société d'objets connectés Withings, et Marie Meynadier, directrice générale de la société d'imagerie médicale EOS Imaging.

Les trois autres membres externes sont Isabelle de Crémoux, présidente du directoire du fonds privé de capital-risque Seventure Partners, Isabelle Ryl, directrice générale déléguée par intérim de l'Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria), et Jean-Michel Dalle, économiste et directeur général de l'incubateur de start-up Agoranov.

Pour sa réunion inaugurale, le Conseil de l'innovation s'est réuni dans les locaux de la biotech parisienne Cellectis. Il a vocation à se réunir trois fois par an.

La dotation initiale du FII provient des cessions d'actifs de l'État dans les groupes Engie et Renault pour 1,6 milliard d'euros, et de la mise à disposition de 8,4 milliards d'euros de titres EDF et Thales détenus par l'État.

À l'avenir, les titres EDF et Thales devraient être remplacés par l'apport de nouvelles cessions d'actifs par l'Etat, notamment via les privatisations prévues d'Aéroports de Paris (ADP) et la Française des Jeux (FDJ).

J.-C.C. avec AFP