BFM Business

Déclin du courrier: et si le facteur français devenait un modèle européen?

Alors que la baisse du courrier incite plusieurs pays d'Europe à réduire la distribution, le Groupe La Poste se diversifie pour maintenir ce service

Alors que la baisse du courrier incite plusieurs pays d'Europe à réduire la distribution, le Groupe La Poste se diversifie pour maintenir ce service - Eric Cabanis - AFP

Après l'Italie et les Pays-Bas, la poste belge a décidé de distribuer les lettres non urgentes seulement deux fois par semaine dès l'an prochain. En France, la baisse du courrier est une réalité, mais le groupe s'est lancé dans une stratégie de diversification pour amortir cette chute des revenus.

Le courrier ne fait plus recette. Le volume des lettres privées ou commerciales diminuent inexorablement face à l'explosion des courriels privés, administratifs ou publicitaires. La situation contraint les services postaux à revoir leur modèle.

Après avoir résisté, la poste belge a décidé de diminuer la fréquence des tournées de distribution du courrier. Dès mars 2020, les facteurs ne passeront plus que deux fois par semaine (lundi et mercredi) pour les lettres affranchies au tarif normal. Le courrier urgent (colis, journaux, lettres recommandées, annonces de décès et lettres prioritaires) continuera d'être distribué chaque jour, précise La Dernière Heure qui révèle cette décision.

La décision a été prise il y a un an, mais devait être appliquée en 2021. Au vu de la baisse encore plus vive cette année, le gouvernement a préféré avancer la date. Entre 2011 et 2018, ce courrier non prioritaire est passé de 12 millions de lettre à 7,7 millions. Seul un domicile sur deux reçoit du courrier tous les jours et "les coûts de cette ronde restent les mêmes", souligne Koen Van Gerven, PDG de Bpost.

En France, La Poste s'est transformée

Cette décision est diamétralement opposée de celle prise en France par La Poste qui ne remet pas en cause la fréquence de distribution et joue à fond la carte du tiers de confiance. Si les lettres sont toujours distribuées tous les jours sauf le dimanche et jours fériés, le déclin du courrier est pourtant une réalité. Il a chuté de 7,3% en 2018. Cette activité ne représente plus que 45% des revenus de la branche Services-Courrier-Colis et 20% du chiffre d'affaires. Malgré cela, son chiffre d'affaires a progressé de 3,5% à 24.110 milliards d'euros en 2018, grâce à une transformation menée tambour battant.

Pour cela, La Poste travaille à son renouveau depuis 2014 et a dévoilé en février son plan stratégique 2020. Elle livre de plus en plus de colis en France et à l'étranger, fait maintenant passer l'examen du code de la route pour le permis de conduire et s'apprête à faire passer des sessions du permis moto en 2020. Elle s'est également lancée dans le recyclage des déchets et les services à la personne en proposant des livraisons de repas ou de médicaments pour les personnes dépendantes. Mais aussi, l'opérateur veut devenir un grand acteur des services financiers. Fin juillet, la Banque postale lancera une banque mobile bon marché "Ma French Bank" et a des ambitions dans le monde de l'assurance.

En Europe, la France fait de plus en plus figure d'exception. Bien avant la Belgique, l'Italie et les Pays-Bas sont passés à seulement deux distributions par semaine pour le courrier affranchi au tarif normal. Au Danemark, il n’est plus distribué qu’une fois par semaine.

Pascal Samama