BFM Business

Début 2021, seulement 6 hôtels français sur 10 étaient ouverts

Ce taux d’ouverture est très en deçà de celui du premier trimestre 2020 (87%), selon une étude de l'Insee.

Avec les discothèques, les hôtels français sont les entreprises françaises qui ont souffert le plus longtemps des confinements depuis plus d'un an. Et malgré la fin du deuxième confinement fin 2020, ces établissements ont particulièrement souffert lors des trois premiers mois de 2021. La faute essentiellement à l'absence de touristes étrangers et de voyageurs d'affaires.

Ainsi, selon une étude de l'Insee, au 1er trimestre, 60% des hôtels de France métropolitaine sont ouverts contre 87% un an plus tôt, et 32% des chambres offertes sont occupées contre 55% en 2018 et 2019.

Un an après le début de la crise sanitaire, le nombre de nuitées hôtelières est inférieur de 64% à la moyenne des deux années précédant la crise sanitaire.

Un nombre de nuités en chute libre de 57%

En nombre de nuitées, la chute est tout aussi spectaculaire avec -57% sur un an à 14,8 millions. "Un an après le début de la crise sanitaire, le nombre de nuitées au 1er trimestre 2021 est inférieur de 64% à la moyenne des 1ers trimestres des deux années précédant la crise sanitaire", ajoute le statisticien.

Géographiquement, l'absence de touristes mais aussi de voyageurs d'affaires frappe surtout les hôtels d'Ile-de-France qui voient leur fréquentation fondre de 81% au premier trimestre, soit 12,3 millions de nuitées de moins, par rapport à la moyenne des 1ers trimestres 2018 et 2019.

Evolution du nombre de nuitées selon les espaces touristiques au 1er trimestre 2021
Evolution du nombre de nuitées selon les espaces touristiques au 1er trimestre 2021 © Insee

La baisse de la fréquentation est moins importante dans les autres régions, mais toujours supérieure à 40%. Exception faite des régions montagneuses où les remontées mécaniques étaient fermées.

Les "petits" hôtels moins touchés

Au 1er trimestre 2021, dans les massifs de ski, la fréquentation des hôtels diminue de 84% par rapport à la moyenne des 1ers trimestres des deux années précédant la crise sanitaire, soit une perte de 3,2 millions de nuitées. "Auvergne-Rhône-Alpes, qui concentre les deux tiers des chambres d’hôtel en station de ski, est ainsi la deuxième région la plus touchée par la baisse de la fréquentation hôtelière au 1er trimestre 2021, après l’Île-de-France", souligne l'Insee.

Enfin, l'étude montre que le recul de la fréquentation reste plus marqué dans les hôtels haut de gamme 4 et 5 étoiles (-75%) que ce soit en milieu urbain ou ailleurs. À l’opposé, il est moins fort pour les hôtels de confort plus modeste (-61% pour les 1 et 2 étoiles).

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business