BFM Business

Canicules en France: un coût de 22 à 37 milliards d'euros entre 2015 et 2020

Un rapport de Santé Publique France se penche sur l'évaluation financière des effets sanitaires de ces périodes de fortes chaleurs. La note est salée et devrait l'être encore plus dans les prochaines années.

Les canicules, ces phénomènes météorologiques extrêmes, ont tendance à se multiplier en France, déréglement climatique oblige. L’ensemble des 96 départements sauf trois (les Côtes-d’Armor, la Creuse et le Finistère) ont connu au moins une vague de chaleur sur la période 2015-2020, et de nombreux départements en ont connu plusieurs. Mais les conséquences économiques de ces vagues de chaleur ont rarement été évaluées.

Afin de mieux anticiper, Santé Publique France s'est penché sur la question à travers une étude. Et les résultats sont plutôt inquiétants.

Entre 2015 et 2020, ces phénomènes ont coûté au total, selon la méthode choisie, autour de 22 ou de 37 milliards d'euros...

Un coût moyen par habitant de 72 à 224 euros selon les années

Précisément, l'excès de mortalité (10.000 morts environ sur la période observée) a généré un coût de 16 milliards d'euros (en années de vie perdues) ou de 30 milliards, à partir des décès en excès. "Cette différence reflète la part importante des décès survenant chez des personnes âgées de 75 ans et plus (environ deux tiers des décès), dont l’espérance de vie est logiquement plus faible que celle du reste de la population générale", peut-on lire.

Il faut y ajouter la "perte de bien-être" (fatigue, diminution des capacités cognitives...), estimée à 6,3 milliards d’euros (seulement sur 2019 et 2020). Quant à la restriction d’activité due à la canicule, elle est évaluée à environ 6 milliards d'euros. Le recours aux soins en excès (passages aux urgences, hospitalisations...) représente seulement 31 millions d’euros.

Mesures d'action pour anticiper

Ramené à la taille de la population exposée, "l’impact économique total de la mortalité s’établit en moyenne entre 72 euros par habitant en 2017 et 224 euros par habitant en 2020, pour un total sur la période de 814 euros par habitant", avance l'étude.

"Ainsi, malgré la mise en place d’un plan de prévention depuis 2004, les canicules continuent d’avoir un impact sanitaire et économique fort en France", alertent les auteurs.

"Dans un contexte où les évolutions climatiques annoncent un accroissement des températures et des phénomènes de vagues de chaleur, pouvant conduire à une aggravation des impacts, ces résultats obtenus soulignent encore l’importance et l’urgence de mesures d’action permettant de renforcer l’adaptation aux canicules", ajoutent-ils.
Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business