BFM Business

Florange : Arnaud Montebourg a failli perdre la face

Arnaud Montebourg a failli démissionner

Arnaud Montebourg a failli démissionner - -

Face au désaveu de l’Elysée autour de la nationalisation partielle du site Florange d’ArcelorMittal, Arnaud Montebourg a failli démissionner. Mais il compte encore quelques soutiens.

On apprend aujourd'hui, lundi 3 décembre, qu'Arnaud Montebourg a failli démissionner après les arbitrages autour de Florange. Le ministre du Redressement productif a pris des risques politiques énormes, et après le désaveu de l'Elysée autour de la nationalisation partielle du site, il a négocié directement avec l'Elysée pour ne pas trop perdre la face.

C'est allé très loin. En fait, Arnaud Montebourg, n'a pas digéré que Matignon dise publiquement que la nationalisation n'était pas efficace face à un problème de débouchés ou de compétitivité. Il n'a pas du tout apprécié non plus que le repreneur potentiel sur lequel il misait tout soit décrédibilisé.

Pour le ministre du Redressement productif, qui quelques heures avant ce dénouement apportait encore des croissants aux salariés de Florange devant Bercy en leur assurant que l'option d'une nationalisation était sur la table, la pilule a du mal à passer.

Selon Libération, Arnaud Montebourg avait samedi à 16h rédigé sa lettre de démission.

Les syndicalistes de Florange l'ont remercié

Mais son départ aurait été très compliqué à gérer à l'Elysée car Arnaud Montebourg est un des rares ministres qui parle à l'aile gauche de la majorité. Pour le retenir, François Hollande s'est donc engagé à recevoir et remercier le mystérieux repreneur, que l'on qualifie maintenant de sérieux.

L'Elysée a aussi laissé dire à Arnaud Montebourg que la nationalisation partielle restait une arme de dissuasion.

Enfin, ce qui a aussi pesé dans la balance, c'est le soutien public de plusieurs syndicalistes de Florange, qui l'ont remercié d'avoir mouillé sa chemise.

Mathieu Jolivet