BFM Business

Valls promet de "garantir le budget de la culture" pendant trois ans

Pour Manuel Valls "la culture, c'est la France".

Pour Manuel Valls "la culture, c'est la France". - -

Le Premier ministre a affirmé, ce dimanche 6 juillet, vouloir mettre "l'artiste au coeur de la société". Il compte ainsi garantir le budget de la culture pour les trois années à venir, ce dont Aurélie Filipetti se félicite.

Alors que la colère des intermittents menace toujours le déroulement des festivals de cet été, le Premier ministre tente de rassurer. Dans un discours prononcé à Vauvert dans le Gard, ce dimanche 6 juillet, Manuel Valls a ainsi affirmé vouloir mettre "l'artiste au coeur de la société".

"C'est pourquoi nous nous engageons pour garantir (...) tout simplement le budget de la culture pour les trois années à venir", a-t-il affirmé malgré le vaste plan d'économies du gouvernement dont le budget 2015 sera le plus affecté.

"Moi je veux être le Premier ministre qui remet la culture comme la grande priorité du quinquennat de François Hollande parce que la culture c'est la vie", a poursuivi Manuel Valls, dont le père était artiste-peintre.

De son côté, la ministre de la Culture Aurélie Filipetti lui a fait écho en déclarant à l'AFP que "le budget de la culture sera préservé de l'effort triennal d'économies du budget de l'Etat, qui est de 18 milliards d'euros", se félicitant de cette sanctuarisation.

"Les intermittents méritent notre écoute"

"La culture c'est la France, la culture c'est notre âme", a également lancé Manuel Valls, en voulant "adresser aux intermittents du spectacle un message de confiance".

Avant d'ajouter qu'"il y a des dossiers qu'on retrouve au fond des tiroirs ou des couloirs et qu'on a jamais réglés", citant également les "problèmes de la SNCM". Avec la mission nommée le mois dernier par le gouvernement pour réformer le statut, "nous allons traiter cette question. Les intermittents méritent notre écoute".

"Et il faut que les festivals de l'été se déroulent. Dans l'écoute, dans la revendication, mais qu'ils se déroulent, parce qu'il n'y a rien de plus beau que la culture", a-t-il appelé.

J.M. avec AFP