BFM Business

Valérie Rabault: "Pierre Gattaz, c'est monsieur moins"

Valérie Rabault était l'invitée de BFM Business, ce mercredi 16 avril.

Valérie Rabault était l'invitée de BFM Business, ce mercredi 16 avril. - -

La députée PS du Tarn-et-Garonne et future rapporteure du Budget à l'Assemblée, était l'invité de BFM Business, ce mercredi 16 avril. Elle est notamment revenue sur la polémique autour du smic jeunes.

Elle sera la première femme à devenir rapporteure générale du Budget. La députée PS du Tarn-et-Garonne, Valérie Rabault, est, dépuis mardi 16 avril, assurée de prendre cette fonction et devrait être formellement élue au sein de la Commission des finances de l'Assemblée, la semaine prochaine.

Invitée de BFM Business ce mercredi 16 avril, elle est revenue sur plusieurs sujets économiques, notamment le "SMIC jeunes", le président du Medef, Pierre Gattaz, s'étant prononcé la veille en faveur de cette initiative.

"Pierre Gattaz c'est monsieur moins", a réagi la députée PS, "il veut toujours brader les salaires, ce n'est pas comme cela que l'on créera de la richesse en France. Quand on est patron du Medef on doit défendre la création de valeur", a-t-elle ajouté.

"On ne va pas brader éternellement la jeunesse"

Et Valérie Rabault de poursuivre: "on ne va pas brader éternellement la jeunesse en France". Elle a rappelé l'initative du gouvernement de Jean-Marc Ayrault pour enrayer le chômage des jeunes, à savoir les emplois d'avenir. "Ce ne sont pas des emplois bradés, ce sont des CDI ou des CDD de trois ans qui sont payés au SMIC", a-t-elle fait valoir.

Valérie Rabault a également évoqué l'objectif de réduction du déficit à moins de 3% du PIB, qui a été confirmé par Manuel Valls et Michel Sapin. Valérie Rabault a estimé que si cet objectif doit être tenu, "il faut y aller avec délicatesse, c'est à dire ne pas y aller au bazooka sur certaines dépenses, préserver la croissance et le frémissement que nous avons". Elle a néanmoins rappelé "qu'il faut atteindre cet objectif pour éviter de payer des intérêts de manière monstrueuse".

J.M.