BFM Business

Sapin: "Si on veut sauver la politique familiale, il faut la réformer"

"Si l'on veut sauver la politique familiale, il faut la réformer", explique Michel Sapin.

"Si l'on veut sauver la politique familiale, il faut la réformer", explique Michel Sapin. - -

Le ministre du Travail a expliqué, ce lundi 3 juin, que la réforme de la politique familiale présentée par Jean-Marc Ayrault, ce même jour, revient à "sauver" cette politique en luttant contre les déficits. Il a rappelé que les économies toucheraient davantage les plus riches.

Michel Sapin justifie la réforme de la politique familiale que Jean-Marc Ayrault va dévoiler, ce lundi 3 juin. Interrogé sur LCI, le ministre du Travail a rappelé que "deux principes seraient appliqués" dans la réforme: "lutter contre le déficit" de ce régime social, tout en préservant "la justice".

"Si on veut sauver une politique familiale qui est exceptionnellement bonne, positive et efficace, il faut la réformer", a déclaré le ministre.

Car "la vraie manière de mettre en cause la politique familiale consiste à accepter qu'il y ait des déficits, et à un moment donné ça s'arrêtera", a-t-il lancé.

Porter les économies sur les plus riches, "un principe de justice"

Second principe évoqué par Michel Sapin: "celui de la justice". "Quand on veut essayer de faire des économies, il vaut mieux que ces économies portent sur les plus riches plutôt que les plus pauvres", a-t-il ajouté en se refusant toutefois à donner à plus de précisions sur les options qui pourraient être retenues  par le gouvernement.

Jean-Marc Ayrault, entouré notamment de Marisol Touraine (Affaires sociales) et Dominique Bertinotti (Famille), reçoit en fin de matinée les membres du Haut Conseil à la Famille. Il doit annoncer la solution adoptée pour rétablir les comptes de la branche famille de la Sécu d'ici à 2016, comme il s'y est engagé.

- A LIRE AUSSI

>> Allocations familiales: que va annoncer Ayrault?

>> Familles: le quotient familial remis en cause? 

>> Allocations familiales: mais qui sont les ménages riches?

J.M. avec AFP