BFM Business

Radars: 69 millions d'euros de coût d'entretien en 2014

Au moins 44 radars ont été vandalisés en Bretagne ces derniers jours

Au moins 44 radars ont été vandalisés en Bretagne ces derniers jours - -

46 radars ont été vandalisés ces derniers jours en Bretagne. Avant cet épisode, l'Etat avait déjà budgété plus de 69 millions d'euros en frais d'entretien et de réparation pour 2014. La note risque donc d'être encore plus lourde pour le contribuable. BFMBusiness.com fait le point.

Après la révolte anti-Ecotaxe, la fronde anti-radars. Au moins 46 installations ont été vandalisées ces derniers jours en Bretagne. Outre les implications sur l'ordre public et sur la sécurité routière, rappelées, dimanche 10 novembre, par le préfet de région, Patrick Strozda, cette fronde aura immanquablement des conséquences sur les finances publiques.

Le préfet a évoqué, hier, le chiffre de 33.000 euros en moyenne par radar neuf. En fait, les chiffres apparaissent plus complexes. BFMBusiness entre donc dans le détail des coûts.

Selon un document annexé au projet de loi de finances 2014, l'Etat avait prévu de dépenser 69,59 millions d'euros l'an prochain pour le "maintien des conditions opérationnelles" des 4.200 radars, c'est à dire en frais d'entretien et de réparation. Le seul vandalisme devait coûter 23 millions d'euros selon Bercy, soit en moyenne 8.000 euros par appareil.

A ces sommes devaient s'ajouter 25 millions d'euros pour l'acquisition de nouveaux radars destinés à remplacer les plus anciens ou ceux dégradés. Mais tous ces chiffres ne prennent évidemment pas en compte les conséquences des récents évènements de Bretagne

En face, les radars doivent générer 613 million d'euros de recettes affectées en grande partie à la modernisation des infrastructures de transports selon le rapport parlementaire de la députée PS Sandrine Mazetier.

22,9 milliards le coût de l'insécurité routière

Selon la députée PS, "le coût d’installation des radars fixes est assez élevé. Il peut varier entre 90.000 et 165.000 euros selon qu’il s’agit d’un radar classique ou d’un système de radars calculant la vitesse moyenne sur un tronçon. Les radars embarqués (dans un véhicule de gendarmerie) reviennent moins cher (environ 70.000 euros), sachant que ce coût inclut celui du véhicule."

Elle ajoute: "le coût d’entretien de ces appareils n’est pas neutre et s’échelonne entre 11.800 euros par an (radars passages à niveau) et 22 000 euros (radars vitesse moyenne). Sur ce montant, le vandalisme représente entre 3.000 et 8.000 euros annuels. Ces chiffres sont à mettre en regard des 22,9 milliards qui représentent, selon le ministère de l’Intérieur, le coût annuel estimé de l’insécurité routière, "conclut-elle.

Patrick Coquidé