BFM Business

Pour François Hollande "quelque chose se passe dans l'économie"

François a reconnu que cette amorce de reprise est "fragile"

François a reconnu que cette amorce de reprise est "fragile" - -

A l'occasion de son déplacement, ce 6 août en Vendée sur le thème de l'emploi, le chef de l'Etat a perçu une embellie de l'économie.

François Hollande confirme. Ce mardi 6 août, le président de la République est revenu sur les propos qu'il avait tenu lors de son intervention le jour de la Fête nationale : "on dit que j'avais été trop optimiste le 14 juillet en disant qu'il y avait un début de reprise, que nous étions sortis de la récession", a-t-il dit lors d'un déplacement à la Roche-sur-Yon, en Vendée, sur le thème de l'emploi.

"Pour l'instant, mais je suis prudent, ce qu'on a, et au plan national, et au plan européen, c'est cette confirmation qu'il y a quelque chose qui se passe, c'est encore très fragile, très précaire, mais il y a quelque chose qui se passe dans l'économie", a-t-il ajouté. "Je suis confiant sur l'inversion de la courbe du chômage. Nous allons y arriver", a-t-il, par ailleurs répété.

L'Europe vers la fin de la récession

De récents indicateurs économiques laissent entrevoir un début de reprise de l'activité dans la zone euro. C'est le cas de l'indice PMI, une mesure de l'activité du secteur privé en zone euro, repassé pour la première fois depuis 18 mois au-dessus des 50 points, la frontière entre une expansion et une contraction de l'économie.

Le 25 juillet dernier, François Hollande avait d'ailleurs soiligné qu'"une sortie de la récession est en vue" en Europe.

L'exécutif surfe sur ce début de reprise dans sa communication. Ainsi, lors d'une interview accordée à RTL, Pierre Moscovici déclarait: "Je sens dans le pays, très nettement, un frémissement économique qu'il faut transformer en reprise de la croissance durable". Il expliquait alors que 2014 sera "la première année de véritable croissance".

"des convergences de vue avec le FMI"

Dans un communiqué publié ce mardi 6 août, le ministre a également relevé "une grande convergence de vues avec le FMI sur le diagnostic et l'analyse des risques qui pèsent sur l'activité qui pèsent sur l'activité en Europe et en France".

Le ministre se dit également "en plein accord sur la nécessité de donner désormais la priorité à la croissance". Le FMI a publié, mardi 6 août son rapport annuel sur la France, texte dans lequel il invite le pays à ralentir la réduction du déficit pour ne pas ralentir la croissance.

Julien Marion