BFM Business

Plan de Bretagne: l'aide de l'Etat ne dépasserait 70 millions d'euros

La Bretagne est l'une des régions les moins dotées par l'Etat

La Bretagne est l'une des régions les moins dotées par l'Etat - -

Des élus régionaux ont fait valoir, ce vendredi 13 décembre, que les 2 milliards d'aides accordés à la Bretagne dans le cadre du Pacte d'avenir se résumaient en fait à une contribution supplémentaire de l'Etat inférieure à 70 millions d'euros.

L'aide à la Bretagne ne serait finalement pas si élevée que cela. "La contribution nette de l'Etat dans la cadre du pacte d'avenir est inférieure à 70 millions d'euros" au lieu de 2 milliards d'euros, ont calculé les quatre élus de l'Union démocratique bretonne (UDB, autonomiste), alliée au PS au sein de la majorité régionale, ce vendredi 13 décembre.

Jeudi 12 décembre, lors de la réunion du Conseil régional qui a entériné ce pacte, son président, Pierrick Massiot, s'était lui-même ému de ce chiffre de 2 milliards que d'autres régions pourraient injustement jalouser à la Bretagne.

"97% des 2 milliards d'euros en question sont constitués soit de contributions financières des collectivités bretonnes (région, départements, agglomérations), soit d'aides d'Etat (contrat de plan) ou européennes (fonds FEDER, FSE, FEADER, FEAMP) auxquelles toutes les régions de France auront accès sur la période 2014-2020", écrit l'UDB.

Territoire sous-doté

"Nous saluerions volontiers l'effort financier de l'Etat dans le cadre du pacte d'avenir, aussi modeste soit-il, si la Bretagne n'était pas un territoire largement sous-doté par l'Etat et ce, de façon chronique", soulignent les élus autonomistes dans leur communiqué.

Ils rappellent que, selon les chiffres officiels, "avec 116 euros par habitant, la Région Bretagne est la moins dotée par l'Etat, à l'exception de Midi-Pyrénées. La moyenne est de 140 euros par habitant, soit, pour la Région Bretagne, un manque à gagner de 80 millions d'euros chaque année".

La semaine dernière, Bernadette Malgorn (UMP), présidente du groupe Droite et Centre au Conseil régional de Bretagne, avait estimé que "ce pacte n'est que du recyclage de crédits que la région aurait touchés par le biais des contrats de plan Etat/Région et les programmes européens".

D. L. avec AFP