BFM Business

Nicole Bricq: il faut "regrouper l'offre commerciale française à l'exportation"

Nicole Bricq a évoqué les enjeux qui attendent les entreprises à l'export.

Nicole Bricq a évoqué les enjeux qui attendent les entreprises à l'export. - -

La ministre du Commerce extérieur était l'invité de BFM Business, ce jeudi 23 mai. Elle est notamment revenue sur les défis auxquels les entreprises françaises doivent faire face à l'export.

Nicole Bricq a mis l'accent sur l'exportation, ce jeudi 23 mai dans l'émission Good Morning Business de BFM Business. La ministre du Commerce extérieur a d'emblée "rappelé que l'exportation apporte quelques dixièmes de points à la croissance, elle est donc fondamentale".

"Le tocsin a sonné quand on a atteint un déficit commercial de 74 milliards d'euros, tout le monde a alors pris conscience de l'importance de ce facteur et les PME et les ETI se sont de plus en plus portées vers des marchés lointains".

Seulement toutes n'ont pas les reins assez solides. "30.000 entreprises exportent mais autant s'arrêtent d'exporter" a enchaîné la ministre.

Nicole Bricq a ensuite détaillé son plan pour permettre aux PME d'accéder plus facilement aux marchés étrangers. Il concerne trois grands domaines :

> Un accompagnement dans la durée

Si les entreprises échouent à l'étranger "c'est peut-être qu'elles n'ont pas été accompagnées assez longtemps jusqu'à l'exportation et dans la durée, une fois le premier contrat réussi".

"Ce pourquoi il faut que l'Etat soit là pour leur fournir un cadre favorable, pour que les entreprises puissent rester longtemps à l'exportation. Il ne faut pas avoir ces échecs qui découragent".

> Rationaliser l'accompagnement

Pour soutenir les PME susceptibles de se développer à l'étranger, Nicole Bricq mise d'abord sur la simplification des démarches en regroupant les dispositifs d'accompagnement à l'export. "C'est à dire un intitulé unique, des lieux régionalisés, proches des entreprises, en s'appuyant sur les régions et sur les chambres de commerce, en fédérant les acteurs localement et à l'étranger", a-t-elle expliqué.

La ministre a d'ailleurs ajouté qu'elle va "proposer au Premier ministre une réorganisation de l'appareil français à l'exportation, car il y a beaucoup de monde et quelque fois les complémentarités ne sont pas assurése, des chevauchements peuvent arriver".

Concernant le soutien financier, la ministre a aussi détaillé la mission de la BPI France export qui "proposera tous les financements à l'exportation. Pour une entreprise cela signifie qu'elle aura un interlocuteur, avec en plus un chargé d'affaire d'Ubifrance pour le conseil, un représentant de la Coface pour sécuriser le contrat. Nous pourrons offrir des prêts pour que l'entreprise ait des fonds de roulement pour tenir le coup, ainsi que des fonds propres" pour que la société ait la capacité d'investir.

> Regrouper l'offre commerciale

La ministre a préconisé de regrouper une offre commerciale française."Ce que j'ai fait autour de quatre familles de service et de produit qui vont correspondre à la demande mondiale" a-t-elle assuré. Une demande, selon elle, qui se situe dans 47 pays en croissance, avec les Etats-Unis ou les pays d'Asie du sud-est.

Nicole Bricq a précisé que ces secteurs en croissance regroupent "la santé, l'efficacité énergétique, particulièrement au sein des villes, les techniques de communication, ou encore les besoins agroalimentaires qui vont exploser dans de nombreux pays en croissance".

A LIRE AUSSI:

>> Nicole Bricq:"la loi sur l'emploi est un élément que j'aime vanter à l'étranger"

Julien Marion