BFM Business

Les chiffres surprenants du budget 2013

Pierre Moscovici, le ministre de l'Economie, et Jérome Cahuzac, celui du Budget, ont présenté ce vendredi le projet de loi de finances pour 2013

Pierre Moscovici, le ministre de l'Economie, et Jérome Cahuzac, celui du Budget, ont présenté ce vendredi le projet de loi de finances pour 2013 - -

La présentation officielle du projet de loi de finances, vendredi 27 septembre, a masqué des chiffres parfois aussi parlants qu'un long discours sur la situation budgétaire réelle de la France. Quels sont-ils ?

Quelque 20 milliards de prélèvements nouveaux, 10 milliards d'économies, retour aux 3% de déficit à la fin de 2013....Tout le monde a désormais en tête les données principales de la prochaine loi de finances, "un budget de combat", selon Jean-Marc Ayrault, jeudi soir sur France 2.

Mais au delà de la mise en avant de "l'effort budgétaire sans précédent", toujours selon le chef du gouvernement, le projet de loi de finances contient au détour des documents budgétaires des chiffres instructifs quant à la situation de nos finances publiques.
> 26 500 euros : c'est ce que chaque Français doit au titre de la dette de l'Etat (1700 milliards d'euros, soit 86% du PIB). Depuis 2007, cette dette a augmenté de 600 milliards sous l'effet de la crise !

> 3,5 milliards d'euros : c'est le manque à gagner actuel de l'Etat en raison des mauvaises rentrées d'impôts (TVA et Impôt sur les socités essentiellement). Preuve s'il en était de la dégradation de la situation économique.

> 1 303 : c'est le nombre de suppression de postes chez les 640 opérateurs de l'Etat, soit environ le même nombre que les administrations classiques. L'effort est modeste puisque ces opérateurs emploient 436 000 personnes contre 2,1 millions pour l'Etat, et leurs dépenses ont augmenté de 6% depuis 2007 contre une baisse de 6% pour celles de l'Etat.

> 18 : c'et le nombre de création de poste à la Cour des comptes, qui ne cesse pourtant de réclamer à l'Etat des économies... Preuve que les conseillers ne sont pas toujours les payeurs. Matignon, en revanche, donne l'exemple puisque les services rattachés au Premier ministre vont perdre ...6 personnes. L'ENA, quant à elle, va devoir rendre 5 postes.

> 2 milliards d'euros : c'est le montant des économies sur les 70 milliards de dépenses dites d'intervention, c'est à dire les subventions et aides diverses versées par l'Etat. Un chiffre qui prouve que le gouvernement n'a pas voulu mécontenter en taillant dans les aides, pourtant l'un des principaux postes d'économies potentielles.

> 2,83 milliards d'euros : c'est le montant du budget des Anciens combattants prévus en 2015 contre 3,12 milliards cette année. Une baisse très faible alors que le nombre de bénéficiaires ne cesse pourtant de se réduire d'année en année.
> - 6,5 milliards d'euros : c'est le solde entre les fonds européens reçus par la France et sa contribution au budget de l'Union européenne. Ce solde ne cesse de se dégrader. La France est désormais au troisième rang des contributeurs nets en volume derrière l'Allemagne et la Grande Bretagne.

> 152 euros : c'est le montant par habitant des aides européennes versées aux agriculteurs. La France est sur ce poste au 8eme rang des pays bénéficiaires au sein de l'UE.

Patrick Coquidé