BFM Business

Le projet de superlogiciel de paie des fonctionnaires a coûté 234 millions d'euros à l'Etat

La fin de ce projet permettra d'économiser 200 millions d'euros sur quatre ans.

La fin de ce projet permettra d'économiser 200 millions d'euros sur quatre ans. - -

Dans un rapport cité par 01Business, Jacques Marzin, directeur de la Disic, revient sur les raisons qui ont amené l'Etat à abandonner ce projet de supercalculateur de paie. Il évoque ainsi le coût du dispositif.

Après l'échec du système Louvois, le logiciel qui servait à calculer la solde des militaires, l'Etat est sur ses gardes. En janvier dernier, il avait ainsi abandonné le développement d'un autre supercalculateur de paie, le SI-Paye, qui visait à unifier la gestion de la paie des agents publics.

Dans un rapport daté de janvier dernier, et cité par 01Business, Jacques Marzin, le directeur de la Disic (Direction interministérielle des systèmes d'information et de communication) revient sur les raisons qui l'ont amené à préconiser l'arrêt de ce chantier, lancé en 2007.

200 millions d'euros économisés

Il indique ainsi que l'Etat a dû largement revoir à la baisse son scénario initial, daté de 2009, qui tablait sur une économie de 1,7 milliard d'euros à l'horizon 2009.

A la place, le SI-Paye se serait transformé en une perte sèche de 700 millions d'euros s'il avait été mené à terme. Dans un "contexte de restriction budgétaire", le directeur de la Disic a ainsi préféré stopper ce projet.

Dans ce même document, Jacques Marzin indique le coût du développement de ce projet avorté. Il s'élève à 204 millions d'euros chiffre auquel s'ajoute la masse salariale des agents ayant spécifiquement travaillé sur ce chantier "qui peut être évalué à 30 millions d'euros depuis le début du projet".

En outre, son arrêt permet d'économiser 200 millions d'euros qui auraient dû être versés sur la période allant de 2015 à 2019. Un moindre mal quand on sait que Manuel Valls s'est engagé à dégager 18 milliards d'économies sur les seules dépenses de l'Etat à l'horizon 2017.

>> Lire l'article complet de 01Business

J.M. avec 01Business