BFM Business

Le minimum vieillesse revalorisé

Le montant du minimum vieillesse est désormais de 800 euros par mois.

Le montant du minimum vieillesse est désormais de 800 euros par mois. - Valery Hache - AFP

L'allocation de solidarité aux personnes âgées est passée le 1er octobre dernier de 792 à 800 euros. Le décret a été publié au Journal officiel ce mercredi.

Chose promise, chose due. La revalorisation du minimum vieillesse (ou Afpa), confirmée par Manuel Valls lors de son discours de politique générale en septembre dernier, a été officialisée mercredi. Le décret a en effet été publié au Journal officiel, ce qui valide son augmentation à compter du 1er octobre. Il s'agissait du fameux "coup de pouce" aux petites retraites, destiné à calmer la grogne de certains députés frondeurs avant un vote de confiance à hauts risques. 

Son montant passe ainsi de 792 à 800 euros par mois pour une personne seule (+8 euros) et de 1.229 à 1.242 euros par mois (+13 euros) pour un couple. Cette revalorisation vient s'ajouter à celle opérée au 1er avril 2014, précise le décret du ministère des Affaires sociales. 

Un coût de 50 millions d'euros par an

Dans un communiqué, la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, a précisé que "plus de 550.000 retraités bénéficieront ainsi de près de 100 euros supplémentaires par an", une mesure qui selon elle "renforce le pouvoir d'achat des retraités modestes". 

Elle précise que "la mesure s'appliquera aux allocations dues à compter du 1er octobre, versées début novembre". La revalorisation exceptionnelle sera prise en charge par le Fonds de solidarité vieillesse.

Le coût annuel de 50 millions d'euros est déjà intégré au projet de budget 2015 de la Sécurité sociale, actuellement en discussion à l'Assemblée nationale, précise-t-elle.

Pour rappel, l'augmentation du minimum vieillesse avait été décidée après un long débat au sujet des petites retraites, le gouvernement réfléchissant à les geler en profitant de la faible inflation. Lors de son discours devant l'Assemblée, Manuel Valls avait justifié cette revalorisation par la volonté de ne "pas faire d'austérité".

Y.D. avec AFP