BFM Business

Le dossier médical personnel: ratage ou fiasco?

Le dossier médical personnel (DMP) ne convainc toujours pas

Le dossier médical personnel (DMP) ne convainc toujours pas - -

Selon une étude révélée ce 4 janvier par Le Parisien/Aujourd'hui en France, le dossier médical personnel mis en place par la sécurité sociale n'a toujours pas atteint ses objectifs pour près de 500 millions d'euros de dépenses.

Les pouvoirs publics n'ont décidemment pas de chance avec l'informatisation des procédures. Après le ratage du logiciel Louvois de paie des militaires, remisé au placard en novembre après 500 millions d'euros de dépenses, c'est le dossier médical personnel (DMP), sorte de carnet de santé numérique de la sécurité sociale, qui fait de nouveau parler de lui.

Selon un un document interne du Conseil national de la qualité et de la coordination des soins révélé, samedi 4 janvier, par Le Parisien/Aujourd'hui en France, "500 millions d'euros ont été versés depuis 2004" pour mettre en place ce dossier pour une efficacité plus que limitée : seuls 418.011 DMP ont été ouverts pour cinq millions de prévus !

Dans un rapport de 2013, la Cour des comptes avait déjà critiqué le pilotage "défaillant" par l'Etat du développement du DMP. Les magistrats avançaient alors la somme de 210 millions d'euros mobilisés par l'Assurance-maladie pour mettre en place ce DMP.

Selon le député PS Gérard Bapt, rapporteur du budget de la Sécu, cité par le journal, avec les dépenses liées à la mise en place du DMP dans les hôpitaux et le coût de la formation des personnels, "on peut très bien atteindre le milliards d'euros!".

Contrat prolongé

Créé en 2004 par Philippe Douste-Blazy, alors ministre de la Santé du gouvernement Raffarin afin, entre autres, d'éviter la multiplication des examens et des consultations, le DMP a été relancé en 2008 par Roselyne Bachelot qui occupait le même poste.

Le DMP est actuellement géré par l'Agence des systèmes d'information partagé de santé (Asip), créée spécifiquement pour l'occasion. En attendant de redéfinir une nouvelle stratégie, le gouvernement a été contraint de prolonger d'un an le contrat liant l'Asip à la société prestataires, Santeos, soit 7 millions d'euros supplémentaires pour l'année 2014, avance le quotidien.

Le DMP " seconde génération" que prépare le ministère des Affaires sociales pourrait être géré directement par l'Assurance-maladie.

P.C et AFP