BFM Business

Le déficit de l'Etat se réduit très légèrement

Le déficit de l'Etat s'établit, à fin août, à 89,7 milliards d'euros.

Le déficit de l'Etat s'établit, à fin août, à 89,7 milliards d'euros. - Jacques Demarthon - AFP

Le déficit de l'Etat s'est établi à 89,7 milliards d'euros à fin août. Il s'est donc réduit de 4,4 milliards d'euros par rapport à la même période l'an dernier.

"Bonne" nouvelle, le déficit de l'Etat s'est réduit de 4,4 milliards d'euros fin août par rapport à la même période de l'année précédente. Il s'établit tout de même à 89,7 milliards d'euros, a annoncé Bercy.

Si le déficit s'est réduit, c'est surtout grâce à la réduction des dépenses (budget général et prélèvements sur recettes). En effet, celles-ci ont diminué de 4 milliards d'euros par rapport à la même période de 2014, pour atteindre 249,9 milliards d'euros au 31 août. "A périmètre constant, ces dépenses ressortent en baisse de -3,6 % par rapport à fin août 2014", précise le ministère des Finances dans un communiqué.

Hausse des recettes

Les recettes du budget général (nettes des remboursements et dégrèvements) sur cette même période ont quant à elles augmenté, passant de 186,1 milliards fin août 2014 à 189,2 milliards fin août 2015. Plus précisément, les recettes fiscales nettes ont augmenté de 1,7 milliard d'euros par rapport à la même période un an auparavant, ce qui permet aux recouvrements d'être "en ligne avec les prévisions" budgétaires. 

Concernant le déficit de 89,7 milliards d'euros, supérieur à la prévision de la loi de finances initiale, Bercy assure qu'il s'agit d'un "pic", que connaît traditionnellement l'Etat à la fin du mois d'août. "Dans la seconde partie de l'année, la perception des impôts locaux et des derniers acomptes d'impôt sur les sociétés conduisent à sa réduction par rapport à ce point haut", explique le communiqué.

Dans le détail, les recettes liées à la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et celles liées à l'impôt sur le revenu ont connu une hausse identique, de 2,7%. Celles liées à l'impôt sur les sociétés ont en revanche très fortement baissé (-36,7%), mais en raison de "la montée en charge du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE)", assure le ministère. Le solde des comptes spéciaux s'est pour sa part établi à -28,9 milliards d'euros à fin août contre -26,3 milliards d'euros un an auparavant.

D. L. avec AFP