BFM Business

Le Budget 2015 ne convainc pas le Medef

"La méthode n'est pas la bonne", selon Pierre Gattaz.

"La méthode n'est pas la bonne", selon Pierre Gattaz. - Eric Piermont - AFP

Le Budget 2015 a été présenté ce 1er octobre. Pour Pierre Gattaz, président de l'organisation patronale, il manque de réformes structurelles.

Le Medef n'a pas été séduit. Le président de l'organisation patronale Medef, Pierre Gattaz, a dénoncé ce 1er octobre une absence de réformes structurelles dans le projet de budget pour 2015, présenté en conseil des ministres.

"La méthode suivie n'est pas la bonne: l'absence de réformes réellement structurelles dans le champ des dépenses sociales, de l'Etat et des collectivités territoriales interdit toute inversion, pourtant indispensable, de la trajectoire des dépenses sociales", a déclaré Pierre Gattaz, cité par un communiqué.

"Plutôt que d'appliquer une politique du rabot porteuse ni d'efficacité ni d'avenir, il faut revoir le système lui-même - le moteur des dépenses publiques - et le régler en management et en process, pour en réduire significativement les dysfonctionnements", a-t-il ajouté, précisant que "les chefs d'entreprises sont prêts à s'impliquer activement pour trouver des solutions opérationnelles". "Il y a urgence, c'est désormais un enjeu majeur de compétitivité", a-t-il conclu.

Les dépenses continuent de s'accroître

Dans son communiqué, le Medef "regrette" que "les dépenses continuent de s'accroître d'environ 20 milliards par an" et que "le déficit s'alourdi(sse), sans qu'"aucune mesure véritablement structurelle (ne soit) envisagée".

Le gouvernement a annoncé dans le projet de budget 2015 un effort de 21 milliards d'économies sur la progression naturelle de la dépense publique, composée de celle de l'Etat et de ses agences, des collectivités territoriales et de la protection sociale.

La dépense en elle-même continue d'augmenter mécaniquement d'année en année en raison de divers facteurs, comme les augmentations de salaires à l'ancienneté mais aussi la prise en compte de l'inflation. Le calcul d'une hausse de 20 milliards de 2013 à 2014 et de 2014 à 2015 par an est largement arrondi par le Medef. En utilisant la même méthode de calcul et les mêmes chiffres qui figurent dans le dossier de presse de présentation du budget, on trouve une progression de 16 milliards puis de 14 milliards.

D. L. avec AFP