BFM Business

Laurence Parisot : " la direction suivie par le gouvernement est bonne"

Laurence Parisot reste prudente sur l'application de la mesure annoncée par le gouvernement

Laurence Parisot reste prudente sur l'application de la mesure annoncée par le gouvernement - -

Invitée, mercredi 7 novembre, de BFM Business, la présidente du Medef a renouvelé son approbation aux mesures annoncées, hier, par Jean-Marc Ayrault. Mais elle s'est déclarée vigilante quant à leur application pratique.

"La direction suivie par le gouvernement même si elle n'est pas assez intense". Pour une fois que Laurence Parisot trouve des vertus à la politique gouvernementale...

Invitée, ce mercredi matin, de l'émission Good Morning Business au lendemain des annonces de Jean-Marc Ayrault concernant la compétitivité des entreprises, la patronne du Medef a renouvelé son approbation au futur dispositif de crédit d'impôt lié à la masse salariale en France. " C'est un mécanisme intéressant puisqu'il concernera les entreprises qui font des bénéfices mais aussi celles qui ne paient pas d'impôt sur les sociétés, et elles sont près d'une sur deux".

Avec ce mécanisme, "le gouvernement reconnait bien qu'il y a un problème de compétitivié-coût", a-t-elle ajouté. Elle s'est réjoui qu'enfin, un gouvernement mette "l'accent sur une politique de l'offre et non de la demande".

Ne pas dénaturer un bon principe

Attention toutefois à "ne pas dénaturer un bon principe", a prévenu la présidente du Medef. "Il faut être prudent entre une annonce et sa mise en oeuvre". Laurence Parisot estime, en effet, que le débat parlementaire et l'application de la mesure qui sera faite par les hauts fonctionnaires de Bercy pourraient remettre en cause la simplicité du dispositif.

Malgré son approbation du crédit d'impôt, la présidente du Medef reste cependant inquiète quant au financement de l'économie et des entreprises. " Voici quelques jours, le chef de l'Etat a reconnu qu'il y avait bien un problème du coût du capital. Que le gouvernement fasse donc quelque chose", a-t-elle conclu.

Patrick Coquidé