BFM Business

L'Ordre des dentistes sous le coup d'une enquête

La Cour des comptes relève qu'"au moyen des cotisations", l'ONCD a acheté des bijoux, vins, ordinateurs et accessoires de luxe.

La Cour des comptes relève qu'"au moyen des cotisations", l'ONCD a acheté des bijoux, vins, ordinateurs et accessoires de luxe. - Thomas Samson - AFP

Le parquet de Paris s'apprête à enquêter sur les "pratiques dispendieuses" révélées par la Cour des comptes de l'Ordre national des chirurgiens-dentistes. L'ONCD gère un total de cotisation annuelle de 20 millions d'euros.

Une enquête préliminaire visant l'Ordre national des chirurgiens-dentistes (ONCD) a été ouverte par le parquet de Paris après les "dérives de gestion" pointées par la Cour des comptes en février, a-t-on appris vendredi de source judiciaire. L'enquête ouverte le 17 février a été confiée à la brigade de répression de la délinquance astucieuse (BRDA), a précisé cette même source, confirmant une information de France Inter.

Elle fait suite à des révélations le 8 février par la Cour des comptes des "pratiques dispendieuses" de l'Ordre, auquel sont inscrits 44.000 dentistes et dont les cotisations s'élèvent à environ 20 millions d'euros.

De la haute couture et de la haute joaillerie

Dans leur rapport annuel, les Sages de la rue Cambon avaient notamment relevé qu'"au moyen des cotisations", l'ONCD avait acheté en faveur de ses conseillers et des membres de leur famille et parfois de ses salariés, bijoux, "accessoires de haute couture", "montre sertie de diamants", ordinateurs, "grands vins d'une valeur de plusieurs milliers d'euros", soins en thalassothérapie. Des faits contestés auprès de la Cour des comptes par le président honoraire du conseil national de l'Ordre.

Les Sages s'étaient également étonnés du versement "d'indemnités généreuses, parfois même indues" aux membres du conseil national. "Le montant des indemnités versées en 2015 aux membres du conseil national avait au total dépassé 600.000 euros, dont plus de 400.000 euros pour les huit membres du bureau (soit 50.000 euros par conseiller en moyenne)", pointaient-ils.

N.G. avec AFP