BFM Business

L'exil des plus fortunés a augmenté 

-

- - Joël Saget / AFP

Les départs de contribuables ayant un revenu annuel supérieur à 100.000 euros a triplé en cinq ans, selon Bercy.

Supposée décourager les contribuables de quitter la France, l'"exit tax", dont la suppression annoncée par l'exécutif fait débat, a visiblement manqué d'efficacité.

Entre 2010 et 2015, le nombre de départs de personnes percevant un revenu annuel supérieur à 100.000 euros a triplé, selon un rapport de Bercy consulté par Les Echos. Pour mémoire, l'"exit tax" a été instaurée en 2011.

Dans le détail, ce sont 4326 contribuables qui ont quitté la France en 2015, en progression de 5% par rapport à l'année précédente. Pour ceux dont les revenus sont supérieurs à 300.000 euros, ils étaient 634 à partir sur la même période, soit une hausse de 7,6% par rapport à 2014.

En revanche, pour ceux qui sont soumis à l'ISF, l'administration fiscale a enregistré 754 départs de redevables, en baisse de 10% sur un an.

La progression des départs des plus fortunés est bien plus rapide que si on prend en compte la population totale. En moyenne sur les dix dernières années, la population des Français de l'étranger a augmenté de 3,4% par an. Une tendance qui relève de l'internationalisation des parcours académiques et professionnels. 

Enfin, le rapport de Bercy indique que l'administration a reçu entre 300 et 400 déclarations d'"exit tax" chaque année. Cet impôt est prélevé sur les plus-values réalisées uniquement lorsqu’un résident quitte la France. Au total, près de 3 milliards d'euros ont été déclarés en 2015.

J.-C.C.