BFM Business

Jean-Marc Ayrault calme le jeu avec les élus locaux

Jean-Marc Ayrault, accompagné de Jérôme Cahuzac, a tenté de calmer le jeu avec les collectivités locales, jeudi 28 février.

Jean-Marc Ayrault, accompagné de Jérôme Cahuzac, a tenté de calmer le jeu avec les collectivités locales, jeudi 28 février. - -

Le Premier ministre a reçu les représentants des collectivités, jeudi 28 février, pour tenter d'expliquer la baisse drastique des dotations qui leur sont accordées.

Avant l’effort, le réconfort. Les représentants des collectivités, qui vont voir leurs dotations budgétaires baisser de 4,5 milliards d’euros en deux ans, étaient les invités d’un dîner, jeudi 28 février, autour de Jean-Marc Ayrault. Jérôme Cahuzac (Budget), Marylise Lebranchu (Réforme de l’Etat) et Anne-Marie Escoffier (Décentralisation) entouraient le chef du gouvernement.

Au menu, les explications du Premier ministre sur le découpage à la hache des dotations aux collectivités. Et même s’il n’a pas bougé d’un pouce, il a reconnu qu’avec "la vitesse des évènements", la méthode avait pu être "un peu brutale", selon l’un des participants. Pour une raison bien simple : "il fallait rassurer Bruxelles, et vite".

Une conférence des finances locales le 12 mars

Aux doléances des élus, Jean-Marc Ayrault a répondu avec l’annonce d’une conférence nationale des finances publiques locales, qui se tiendra le 12 mars prochain. Il s’agira de définir comment la politique de rigueur promise s’appliquera au niveau des territoires. L'exécutif veut en effet éviter que les coupes dans les dotations affectent l'investissement des collectivités territoriales, qui assurent plus de 70% de l'investissement public.

Matignon souhaite ainsi que les collectivités concentrent l'effort sur "des économies de fonctionnement", selon une source gouvernementale, citée par l’AFP.

Les représentants des collectivités en profiteront peut-être pour évoquer enfin un sujet brulant : leur autonomie fiscale, maintes fois promise. Celle-ci fait l’objet d’une lutte d’influence entre les élus et Bercy, et pourrait donc donner lieu à de longues négociations.

En ce qui concerne la baisse des dotations, en revanche, les élus ne se font plus d’illusions : "l’affaire est jouée", a résumé le socialiste Christian Pierret, président de la Fédération des villes moyennes de France.

Yann Duvert