BFM Business

Jacques Attali: "c'est le moment d'augmenter la TVA de trois points"

Jacques Attali estime que la déflation crée un "moment absolument formidable et unique pour augmenter la TVA".

Jacques Attali estime que la déflation crée un "moment absolument formidable et unique pour augmenter la TVA". - Capture d'écran BFMTV

L'économiste et président du groupe PlaNet Finance, invité de BFMTV et RMC ce 18 août, estime qu'il est urgent d'agir, notamment en profitant de la déflation pour augmenter massivement la TVA.

Il est "hors de question" pour le gouvernement de changer de politique face à la panne de croissance, a déclaré Manuel Valls dans un entretien au Journal du Dimanche paru le 17 août. 

Jacques Attali, sur BFMTV et RMC ce lundi matin, adhère à ce propos, à condition que ne pas changer de politique signifie que "l'on va faire ce qu'on a dit qu'on allait faire". Et même plus: il propose au gouvernement des mesures choc, notamment une augmentation massive de la TVA.

Mais d'abord, le diagnostic. "Il y a un écart extraordinaire entre le discours, qui promet des réformes, et la réalité, où rien ne se passe", déplore l'économiste et président du groupe PlaNet Finance. Or "il y a urgence". "La croissance est nulle cette année, le déficit sera au-dessus de 5% en 2014 et en 2015", s'alarme-t-il.

A ceux qui réclament plus de croissance et moins de réduction des déficits, comme les frondeurs du Parti socialiste qu'il se garde bien de nommer, il répond qu'ils sont hors-sujet. "Lorsqu'on dit 'il faut relancer, il faut oublier la réduction du déficit', on l'a déjà oublié!"

Un mois pour agir, de vastes réformes à engager

"La situation est extrêmement grave", estime Jacques Attali. Selon lui, "le président a encore une fenêtre de tir d'environ un mois, pour agir dans le cadre de son mandat". Avec deux échéances cruciales: la présentation des perspectives économiques de 2015, le 12 septembre, et celle du budget, début octobre.

D'ici-là, "des réformes peuvent avoir un impact très rapide sur la croissance". Sur le logement, "il faut que ceux qui achètent un logement neuf puissent le léguer à leurs enfants sans payer de droits de succession". Mais "il faut que vous l'achetiez dans les deux ans. Cela aurait un impact énorme en termes de relance", promet l'économiste.

Même mesure pour relancer l'investissement: "si vous investissez dans une entreprise non-cotée, cet argent investi pourra être légué sans droits de succession".

Trois points de TVA, sans augmentation de prix

Troisième mesure: "aujourd'hui, l'argent de la formation professionnelle, 32 milliards, est gaspillé. Il faut décider immédiatement que 5 milliards de cette manne soit consacrés à former les chômeurs. Si une entreprise embauche un jeune chômeur, elle pourrait le payer en dessous du smic, mais lui toucherait le smic grâce à un complément de salaire venu de l'argent de la formation professionnelle".

Le meilleur pour la fin, Jacques Attali propose une augmentation de la TVA de trois points. "Les prix n'augmentent pas, nous sommes en déflation, c'est le moment absolument formidable et unique pour augmenter la TVA. Il faudrait l'augmenter massivement, de trois points".

"Je suis convaincu que ça n'aurait pas d'impact sur les prix, parce que la concurrence est telle que les industriels ne pourraient pas répercuter cette hausse de la TVA. Cela serait pris sur leurs propres marges. Ce n'est pas du tout une mesure socialement injuste", assure l'économiste.

"Si ce que je dis là n'est pas fait dans les trois semaines, le budget 2015 sera aussi mauvais que les budgets précédents", prédit-il.

N.G.