BFM Business

Investissements d'avenir: près de 29 milliards d'euros déjà engagés

Louis Gallois fait le point sur les investissements d'avenir

Louis Gallois fait le point sur les investissements d'avenir - -

Présentant devant la commission des Finances du Sénat un bilan ce mardi 1er octobre de ce programme, Louis Gallois a détaillé des crédits déjà engagés de 28,6 milliards d'euros, des crédits "contractualisés" de 22,5 milliards et un montant effectivement décaissé de 5,6 milliards d'euros.

Le Programme d'investissements d'avenir commence à se dessiner très clairement. Le commissaire général à l'investissement, Louis Gallois, présentait, ce mardi 1er octobre, devant la commission des Finances du Sénat le bilan du PIA.

Il a précisé, notamment, que les premiers appels à projets seront lancés fin 2013 ou début 2014, pour des engagements en 2014. Les versements commenceront à intervenir essentiellement "en 2015, et surtout en 2016 et 2017". Toutefois, dès 2014, des subventions seront versées pour des programmes de haute technologie dans les industries de défense.

Une minorité des crédits sera délivrée sous forme de subventions, l'essentiel des financements se fera sous forme d'avances remboursables, de prêts ou d'interventions en fonds propres.

Décaissement à un rythme de 3 à 4 milliards d'euros

Par ailleurs, Louis Gallois a annoncé que 28,6 milliards d'euros ont été engagés et 5,6 milliards versés, à ce jour, sur l'enveloppe de 35 milliards du premier Programme d'investissements d'avenir.

Le décaissement va se situer sur un rythme annuel de 3 à 4 milliards en 2013, 2014 et 2015, et va ensuite baisser, a-t-il ajouté. Mais le relais sera pris par le deuxième Programme d'investissements d'avenir, lancé le 9 juillet, et doté d'une enveloppe de 12 milliards d'euros.

Sur les 6,5 milliards restant à engager au titre du PIA 1, quelque 2,2 milliards ont été redéployés en début d'année et font l'objet d'appels à projets qui devraient se concrétiser en engagements fin 2013 ou début 2014.

Au titre de ce premier programme, 20% des sommes restant à engager concernent le développement du très haut débit numérique en France. "Les engagements commencent maintenant à s'accélérer", a indiqué Louis Gallois.

S'agissant du PIA 2, centré dans le domaine industriel sur trois priorités: numérique, santé et économie du vivant, transition énergétique, Louis Gallois a fait état d'une "montée en puissance".

Diane Lacaze