BFM Business

Guillaume Poitrinal: la France est "championne du monde de la production de normes"

Guillaume Poitrinal était l'invité de BFM Business, ce jeudi 9 janvier.

Guillaume Poitrinal était l'invité de BFM Business, ce jeudi 9 janvier. - -

Le dirigeant d'entreprise, coprésident du comité de simplification, était l'invité de BFM Business, ce jeudi 9 janvier. Il a notamment souligné l'importance de diminuer les normes pour permettre aux entreprises de générer de l'emploi.

François Hollande a donné un coup d'accélérateur à son grand chantier: la simplification, thème qui a d'ailleurs été à l'honneur de son déplacement à Toulouse, ce jeudi 9 janvier.

Un comité de simplification va en ce sens être installé, à partir de vendredi. Ses deux coprésidents, le député PS Thierry Mandon et Guillaume Poitrinal, PDG de Woodeum, une PME, par ailleurs ancien patron d'Unibail-Rodamco, étaient les invités du Grand Journal, ce jeudi.

Pour Guillaume Poitrinal, la simplification est nécessaire: "la croissance n'est jamais qu'un rapport entre la production et le temps". "Plus on a de normes, plus on a de complexité, moins on produit vite moins l'entreprise investit, moins l'entreprise recrute. Et évidemment à la fin ça fait des points de PIB, ça fait plus de chômage et moins de rentrées fiscales", a-t-il développé.

Dix ateliers seront mis en place

"Les grands projets sont victime de la complexité française", a-t-il martelé.

"On est les champions de la production de normes, avec une débauche de production législatif, de décrets. On est les champions du monde de la multiplication administrative, avec le fameux mille-feuille administratif. Enfin, on est un peu les champions du monde de la lenteur de la justice, notamment sur les sujets compliqués devant le tribunal administratif".

Pour arriver à remédier à ces maux, Guillaume Poitrinal propose de "partir de la base plutôt que du sommet". En ce sens il a indiqué que dix ateliers vont être créés au sein du comité de simplification. Plutôt que de correspondre à des thématique comme "l'emploi" ou "l'innovation", ils porteront sur des "moments de l'entreprise" comme "la création" ou encore "l'export".

"Des chefs d'entreprise rencontreront des préfets, par exemple, et ces gens-là vont travailler pour produire des mesures de simplification qui seront traduites par des ordonnances ou des décrets", a-t-il précisé.

Le problème "c'est le chômage"

Pour lui, ce grand chantier doit servir à la bataille pour l'emploi. "Le problème en France, c'est le chômage", or "il n'y a plus qu'un choix aujourd'hui, celui de l'entreprise. Car seule l'entreprise peut créer des emplois".

Par ailleurs, Guillaume Poitrinal a évoqué son grand écart, puisqu'il est passé, en 2013, de la tête d'un grand groupe coté à celui d'une PME. Il a estimé ce passage" intéressant, car on prend la complexité de front. Ceux qui connaissent cette complexité, ce sont des gens de terrain".

"'Dans une boîte de CAC40, il ne faut pas se raconter histoires. Mes camarades du CAC40, ne connaissent pas la complexité, ils en entendent parler", a-t-il conclu.

J.M.