BFM Business

Croissance: 2015 aussi morose que 2014?

L'activité est basse dans beaucoup de secteurs.

L'activité est basse dans beaucoup de secteurs. - Joel Saget - AFP

Selon les prévisions de l'Insee publiées jeudi 2 octobre, il n'y aura pas d'accélération de la reprise en 2015. Néanmoins, il n'y aura pas de récession non plus.

Premier message de l’Insee: la reprise n’est pas en vue. La croissance atteindrait 0,1% au troisième comme au quatrième trimestre 2014, ce qui aboutirait sur l’année à un maigre gain de 0,4%. Et aucun indicateur avancé de l’activité n’indique la moindre accélération début 2015.

C’est même plutôt de dégradation dont il faut parler depuis la rentrée, au vu de l’assombrissement du climat des affaires dans l’industrie, les services, et le commerce. Qu’on se rassure: une rechute dans la récession est également peu probable au vu du niveau déjà très bas de l’activité dans beaucoup de secteurs.

Quid des prévisions pour le Budget?

Néanmoins, si on lit entre les lignes les analyses de l’Insee, on comprend vite le deuxième message de l’institut de la statistique. Entre des exportations molles, une consommation asphyxiée et un investissement paralysé dans le logement et les entreprises, 2015 ne sera guère meilleure que 2014, avec une croissance qui ne dépassera pas les 0,5% pour la quatrième année consécutive. Du jamais vu depuis les années 30.

Troisième message de l’Insee: d’ores et déjà, la prévision de croissance sur laquelle le Budget est assis semble hors de portée. Il faudrait une très forte accélération dans la deuxième partie de 2015 dont on ne voit pas aujourd’hui d’où elle pourrait venir.

Et donc les objectifs de finances publiques aussi. Rappelons que si la croissance est de 0,5% au lieu de 1%, cela coûtera 0,2 à 0,3 point de déficit public en plus.

Emmanuel Lechypre