BFM Business

Comment sera financé le plan d'investissements de François Hollande

François Hollande veut donner une vision plus claire à sa politique d'investissement.

François Hollande veut donner une vision plus claire à sa politique d'investissement. - -

Le président de la République a annoncé, lundi 6 mai, un plan d'investissements sur 10 ans. Celui-ci regroupera en fait des dispositifs déjà existants, dont on connaît en partie le financement.

Un an après son accession au pouvoir, François Hollande est toujours empêtré dans des problèmes qui ne font que durer : chômage record, récession programmée, mécontentement tant à droite qu’à la gauche de la gauche, etc.

Le chef de l’Etat a donc réuni ses lieutenants, lundi 6 mai, pour un séminaire gouvernemental. Entre autres messages d’encouragements, il y a annoncé un plan d’investissements sur 10 ans. Il concernera "le numérique, la transition énergétique, la santé, les grandes infrastructures et d’une manière générale, les nouvelles technologies", a précisé le président de la République dans un communiqué.

Quelques heures plus tard, Najat Vallaud-Belkacem, la porte-parole du gouvernement, expliquait que la dimension santé serait abordée à travers un "grand plan Hôpital", présenté dans les prochains mois.

Plusieurs dizaines de milliards d'euros investis

En fait, cette annonce ne contient presqu’aucune nouveauté. Renseignements pris auprès de Matignon, ce plan sur 10 ans en regroupera plusieurs, déjà annoncés pour la plupart. Son montant n’a pas été révélé, même si une source gouvernementale parle d’une somme "conséquente". Plusieurs dizaines de milliards d’euros, au total, dont on connaît en partie le financement.

>Le Programme d’investissements d’avenir fera partie de ce vaste plan. Cela concerne 2,2 milliards d’euros, issus du Grand emprunt, contracté en 2010 par le gouvernement précédent. Ils seront réorientés selon cinq priorités, détaillées par Jean-Marc Ayrault en janvier dernier.

>Un plan très haut débit de 20 milliards d’euros sur 10 ans. Annoncé par le Premier ministre en février dernier, celui-ci sera financé pour un tiers par les opérateurs privés, un autre tiers par ces opérateurs et les collectivités locales, et un dernier par l’Etat et les collectivités.

>Plusieurs plans d’investissements devraient voir le jour dans les prochaines semaines, dont le fameux plan hôpital. Son coût n’est pas connu, mais son financement ne fait guère de mystère. Le gouvernement "envisage fortement" de céder une partie de ses actifs dans des entreprises où il détient des parts, selon la même source. Ce qui rejoint les déclarations de Jean-Marc Ayrault, dimanche 5 mai. Les moyens de la Banque publique d’investissement devraient également être mobilisés.

Une façon, pour François Hollande, de donner plus de visibilité à son action, quand une partie du gouvernement reconnaît des erreurs de communication durant la première année du quinquennat.

Une façon, aussi, pour le chef de l’Etat, de faire taire la critique, qui l’accuse de pratiquer une politique d’austérité trop sévère. "L’année qui vient doit être celle des résultats", a-t-il répété, lundi 6 mai. Rendez-vous est donc pris dans un an.

Yann Duvert